La Fille mirage

Dans sa tête, elle a déjà le début de son article : elle va comparer l'effet de ces yeux bleus à celui d'un coup de poing au milieu de la figure.
Patrícia Melo - Feu follet
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 16 septembre

Contenu

Roman - Noir

La Fille mirage

Ethnologique - Psychologique - Faits divers MAJ jeudi 29 janvier 2015

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 11 ans

Prix: 15 €

Elise Broach
Desert crossing - 2006
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Etaïnn Zwer
Rodez : Le Rouergue, mars 2013
320 p. ; illustrations en noir & blanc ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-8126-0499-7
Coll. "DoAdo Noir"

Choc frontal

Lucy sent que ce voyage à travers les États-Unis pour rejoindre leur père pour les vacances va être un calvaire. Non seulement la climatisation de la voiture est défaillante, mais en plus l'humour de Jamie, son frère, et de Kit, son inséparable pote, est très franchement limité. Concentrée sur son carnet de croquis et décidée à accaparer le moindre souffle d'air frais, elle regarde défiler les heures et les kilomètres en pestant. Lorsqu'un orage s'annonce, les trois adolescents espèrent que l'air deviendra plus respirable ; c'est sans compter sur la violence des averses dans le désert. Pourtant, il sera bientôt leur dernier souci : aveuglé par les éclairs et les rideaux d'eau, Jamie heurte quelque chose sur la route ; un coyote pense-t-il. Mais en faisant marche arrière, c'est le corps d'une jeune fille qu'ils découvrent. S'ensuit une plongée dans l'enfer du doute, de la culpabilité et du système judiciaire américain qui, si elle n'est pas passionnante, retient l'attention du lecteur.
Jamie, Kit et Lucy – dite Luce – doivent en effet rendre des comptes : que s'est-il réellement passé sur cette route ? Qui est cette jeune victime retrouvée sans papiers et sans que personne ne semble savoir comment elle a pu se retrouver sur cette route isolée ? Lucy, tour à tour inquiète, curieuse et obstinée, décide de mener l'enquête, quitte à devoir rester dans cette région désertique qu'elle ne connait pas à disposition des forces de police. Elle entend ainsi redonner à cette jeune fille une identité et sa dignité.
L'intrigue est assez naïve et simple, mais a le mérite de poser la question de la prise de responsabilité : après avoir percuté cet obstacle sur la route, ils décident tous les trois de rebrousser chemin et d'affronter les conséquences de leurs actes ; alors que la police les interroge, ils racontent sans travestir la réalité (qui pourtant leur est défavorable) pour les aider dans leur enquête ; quand elle mène la sienne, Luce préserve l'anonymat de la personne qui la conduit vers la vérité. À chaque fois, les décisions des jeunes gens sont pesées et évaluées ; le lecteur suit leurs états d'âmes et leurs raisonnements pas à pas. Cependant, si la démarche est louable, elle a un effet néfaste sur l'intrigue qui s'en trouve ralentie et alourdie. La fluidité des enchainements est malaisée et l'intrigue somme toute assez prévisible. Bilan mitigé donc puisque l'écriture est intéressante mais qu'elle sert un récit fade et sans relief ; à noter cependant une très belle analyse de la psychologie adolescente et une description très intéressante du désert. Ça ne suffit pas, mais c'est déjà ça !

Citation

Je le pensais. Je me sentais liée à elle, d'une certaine manière, comme si nos vies s'étaient croisées et entremêlées, même si elle m'était étrangère. Parce qu'elle était sortie de nulle part et risquait de disparaitre, à moins qu'on essaie de comprendre ce qui s'était passé.

Rédacteur: Catherine Thiéry mardi 30 décembre 2014
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page