La Malédiction du Tigre blanc

La nuit enveloppait la ville de son manteau noir où seule la lueur de la pleine lune subsistait. La pluie martelait le sol et noyait le béton. Les parapluies disparaissaient dans les voitures. Les voitures disparaissaient du parking.
Vincent Laurent - Au jeu du chat et de la souris
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 21 novembre

Contenu

Roman - Aventure

La Malédiction du Tigre blanc

Ethnologique - Géopolitique - Trafic MAJ mercredi 28 janvier 2015

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 10 ans

Prix: 13 €

Carlos Salem
La Maldicion del Tigro blanco - 2013
Traduit de l'espagnol par Judith Vernant
Arles : Actes Sud junior, septembre 2014
160 p. ; illustrations en noir & blanc ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-330-03452-8
Coll. "Ado. Aventure"

Dangereux diamant

Nahuel s'y est résolu : il n'est pas un adolescent comme les autres. Non seulement il est le fils d'un voleur et activiste extrêmement connu, ce qu'il a récemment appris, mais en plus il est l'héritier d'un joyau très convoité par des factions ennemies se disputant le pouvoir d'un État africain. Il n'est donc pas facile dans ces conditions de conserver ses liens d'amitié privilégiés avec des amis comme Tomas, Hui Ying et David, ou même tout simplement de déjeuner en ville avec sa mère. Mais quand en plus la malédiction de ce fameux diamant si convoité semble devoir s'abattre sur Nahuel, il se demande vraiment comment il va pouvoir s'en sortir. Comment ? Avec l'aide de ses amis, bien sûr, mais également en faisant appel à tous son bon sens et à toutes ses ressources. Et il n'en manque pas ! Nahuel se remet juste de leur précédente aventure (Le Fils du Tigre blanc), et tente de renouer avec la normalité ; pour autant, le fait d'avoir en sa possession, caché dans sa chambre, un diamant recherché par des factions déterminées et armées africaines, ne lui facilite pas la tâche. De plus, il semblerait que son amie de toujours, Hui Ying, prenne de plus en plus les apparences et les manières d'une fille (!), et soit en conflit ouvert avec Johanna, cette jeune fille installée chez Nahuel avec sa mère. En outre, David en pince pour elle et se met à lui cacher des choses... Bref, plus rien ne va ! Si l'on ajoute à cela qu'une étrange limousine blanche semble le suivre, Nahuel ne peut plus se voiler la face : il reste la cible de groupes redoutables, et ce alors même qu'il n'a que treize ans. Qu'à cela ne tienne, le jeune garçon décide de prendre à bras le corps les problèmes les uns après les autres, mobilisant tour à tour son courage, ses méninges, ses amis, sa malice et son intelligence.
Attachant, Nahuel est un jeune héros comme on les aime, plein d'humour, profondément lié à sa famille et à ses amis, déterminé à prendre ses responsabilités et à comprendre ce qui lui arrive. Cette deuxième aventure reste très bien ficelée, et entraine très facilement le lecteur au cœur d'un conflit géopolitique et éthique (de biens grandes ambitions pour un roman jeunesse n'est-ce pas ?!) compréhensible et très intéressant. Le passage des états d'âme très "classiques" de l'adolescent à ses préoccupations tout à fait extraordinaires d'héritiers d'un activiste voleur renommé se fait très bien à chaque fois, permettant d'alléger le ton – toujours marqué par l'humour et l'espièglerie – et sans jamais porter atteinte à la gravité du fond. C'est donc une suite tout à fait aboutie et réussie que nous propose Carlos Salem, qui ravira les lecteurs du premier tome et donnera à ceux qui ont rencontré Nahuel seulement dans cette Malédiction du Tigre blanc – ce qui n'entrave pas la compréhension globale de ce roman – l'envie de lire Le Fils du Tigre blanc.


On en parle : L'Indic n°23

Citation

J'ai songé un peu solennellement qu'un grand pouvoir impliquait de grandes resonsabilités, puis je me suis dit que cette phrase me rappelait quelque chose et que j'avais déjà assez de problèmes comme ça pour qu'on ne m'accuse pas en plus de plagiat.

Rédacteur: Catherine Thiéry samedi 10 janvier 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page