La Piste de l'assassin

Ce fut raté. Le sel des années avait blindé la peau du voisin et celui-ci ne sortit jamais du droit chemin. Sa famille fut soulagée lorsque la mère de Concho dut vendre sa maison pour aller vivre avec son fils dans un taudis loué au pied de la colline, imprégné d'une odeur de chèvre et de crotte qui n'était autre que celui de l'échec.
Antonio Ortuño - Méjico
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 25 janvier

Contenu

Roman - Thriller

La Piste de l'assassin

Ethnologique - Social - Écologique - Trafic MAJ mardi 13 janvier 2015

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Samuel Gance
Plombières-les-Bains : Ex æquo, octobre 2014
226 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-35962-648-3
Coll. "Rouge"

African Java

Marie Du Plessis est une blanche malade de l'Afrique, qui a fait de la savane son domaine. Et lorsque d'immondes contrebandiers viennent salir son coin de brousse en massacrant une tribu de rhinocéros, elle et son collègue Nelson n'hésitent pas à faire le coup de feu. Mais se contenter des sous-fifres ne suffit pas : Marie est prête à remonter la piste des trafiquants d'espèces protégés jusqu'au bout du monde s'il le faut...
Pour son deuxième roman, Samuel Gance ressuscite le roman d'aventures, le vrai. Il y a dans ces pages un goût qui fleure bon les grands romans que publiait le Fleuve Noir dans les années 1970 revisité par le genre moderne et les globe-trotters que sont Jason Bourne ou Largo Winch, avec, concession au modernisme, une aventurière tenace et déterminée dans un rôle qui eût jadis été dévolu à Burt Reynolds ou Lino Ventura. Inutile de dire qu'après un début pour le moins explosif, on a guère le temps de souffler, sinon pour ne pas oublier de s'interroger sur les implications morales de cette croisade particulièrement meurtrière, preuve que le sous-genre "dur à cuire" revient en force. On pardonnera certains clichés (il fallait forcément glisser un pédophile dans l'affaire, n'est-ce pas ?) et une langue certes allègre, mais qui pourrait avoir un poil plus de punch, vu le sujet, pour profiter de descriptions saisissantes, mais sans misérabilisme de cette Afrique sauvage et belle, tout en atmosphères et portraits très forts, loin des grands discours sur "l'essor économique" de la région (pas pour tout le monde, bien sûr). Pas de doutes, l'auteur est sur la bonne voie !

Citation

Marie regagna sa chambre et se lova dans le sofa qui lui servait parfois de lit. Elle n'avait jamais couru après le luxe. Le bush était son vrai luxe. Le seul luxe. Et elle entendait bien se battre bec et ongles pour le conserver.

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 13 janvier 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page