Blackout Baby

Ironie du destin, je vais survivre au grand Hercule Poirot ! Ce parfait égoïste qui se croyait immortel et pensait pouvoir se jouer de sa créatrice !
Anne Martinetti, Alexandre Franc & Guillaume Lebeau - Agatha : la vraie vie d'Agatha Christie
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 24 mai

Contenu

Roman - Policier

Blackout Baby

Historique - Tueur en série MAJ mardi 27 janvier 2015

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Michel Moatti
Paris : HC, octobre 2014
350 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-35720-197-2

Crime story

Londres, 1942. Un émule de Jack l'Éventreur hante les rues, tuant des prostituées à la faveur de l'ombre. L'ancien policier Walter Dew va reprendre du service, lui qui a enquêté sur l'affaire de Jack et en garde une certaine amertume. Il faut aussi noter que l'assassin laisse des messages particulièrement cryptiques près de ses victimes. Des messages menant à un vieil homme qui, un jour, a été surnommé l'homme "le plus maléfique d'Angleterre", et qui a fait forte impression sur un officier de la RAF du nom de Gordon Cummins...
Avons-nous à faire à un roman policier ou historique ? La question se pose en effet car sous la trame de cet ouvrage, l'auteur de Retour à Whitechapel offre un texte extrêmement documenté sur un assassin bien réel. Résultat, le critique paresseux ne peut même pas évoquer les références à From Hell, la bande dessinée d'Alan Moore, auquel ce livre fait immanquablement penser, puisque tout est vrai ! La structure, par contre, tient plus du roman historique ou l'on passe d'un personnage à l'autre — mais sans jamais se perdre en route — afin de dessiner une fresque représentative de toute une époque, avec ses prostituées, ses policiers, ses soldats en vadrouille et ses orphelins de guerre sans compter le personnage saisissant d'un Crowley vieillissant en pleine crise existentielle bien loin des représentations caricaturales des séries Z. Et si on reste un tout petit peu sur sa faim, comment pourrait-on reprocher à Michel Moatti de ne pas avoir enjolivé la réalité ? Reste l'écriture, précise et riche, d'une qualité qui en remontrerait à bien des littérateurs de salons. Ceux qui s'intéressent à cette période peuvent y aller de confiance. Qui plus est, ce livre est un bel objet, témoignant d'un soin de fabrication évident, qu'on a plaisir à glisser dans sa bibliothèque. Il fallait le souligner !

Citation

Ceux qui passent, la nuit, dans les rues éclairées de loin en loin par des lampadaires aux lueurs rouges le savent ou s'en doutent : le crime aime ces lumières sales et ces ombres. Elles sont propices aux guets, aux pièges et aux embuscades. Le meurtre prospère dans le clair-obscur.

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 27 janvier 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page