Vol 1618

Dis-moi, Princesse, serait-ce faire outrage à votre sagacité, à toi et à Chassevent, que de prôner la prudence sur une éventuelle accointance entre mon Roumanophone, à moi, et le vôtre ? Car, soi-dit en passant, le mien est mort par absorption, plus ou moins volontaire je te l'accorde, de monoxyde de carbone, or le vôtre a d'avantage froidement morflé du plomb dans la gueule. D'où mon interrogation.
Pascal Jahouel - Un temps de chien !
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 juin

Contenu

Roman - Thriller

Vol 1618

Disparition - Complot MAJ mercredi 04 février 2015

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 11 ans

Prix: 15,9 €

Bertrand Puard
Paris : Hachette, novembre 2014
246 p. ; illustrations en noir & blanc ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-01-204330-5
Coll. "Aventure"

Vol stationnaire

À travers l'Europe, Mayer, Janet, Antoine et Emma, quatre adolescents que rien ne relie, ont des vies tranquilles et semblables à celles de la plupart des jeunes de leur âge. Rien ne les prédestine à se rencontrer. Pourtant, en ce 28 octobre 2014, ils vont voir leurs destins basculer pour se retrouver bien malgré eux à bord de ce vol A618 reliant Paris à San Francisco. Un vol commercial dont ces quatre passagers de dernière minute ne sont bien que le dernier des soucis : il disparait en effet quelques dizaines de minutes avant l'atterrissage. Les autorités du monde entier sont en alerte, avec à l'esprit la terrible menace d'un détournement terroriste. Pourtant, cette disparition n'est que la partie émergée de l'iceberg, comme ne tarderont pas à le découvrir les gouvernements et agences de sécurité français et américains.
Bertrand Puard, dans la lignée des Effacés qui ont fait son succès, tisse une intrigue à tiroirs qui rebondit d'un personnage à l'autre – et certains sont bien familiers de ses lecteurs habituels -, et nous conduit à travers le monde dans les méandres d'une machination secrète et redoutable. Tout comme les personnages des Effacés, les quatre adolescents qui nous sont présentés, et ici réunis bien malgré eux dans cette aventure, sont du jour au lendemain catapultés dans un univers où ils deviennent des proies, les cibles de malfaiteurs résolus à tout pour les enlever et les forcer à révéler un secret dont ils n'ont jamais entendu parler. Aidés par des inconnus (ou des proches qui ne sont pas ceux qu'ils croyaient), Janet, Mayer, Antoine et Emma vont tout faire pour échapper à leurs poursuivants, comprendre ce qui leur arrive et, autant que faire se peut, rester du côté du Bien. La trame est maintenant bien connue des lecteurs de Bertrand Puard, qui réutilise ici les techniques de narration et les schémas de ses intrigues, que nous connaissons maintenant sur le bout des doigts. Le résultat tend dangereusement vers le copier-coller des précédentes intrigues, même si cela renvoie à un style et des aventures qui ont fait leurs preuves. La lecture est agréable, fluide, et le suspense toujours aussi bien entretenu. Pour autant, on ne peut se défaire de cette impression de déjà-vu préjudiciable. C'est d'autant plus dommage que l'auteur avait réussi dans ses sept derniers romans à éviter cet écueil.
Vol 1618 est donc un bon roman d'aventures, bien mené et très bien construit, à l'intrigue bien pensée et intelligente, mais qui malheureusement ressemble bien trop aux romans déjà parus des Effacés, série à succès. On regrette donc le peu de prise de risques dans la distribution du casting, la construction du roman et l'identification du principal danger auxquels les adolescents sont confrontés. On attendait autre chose de la part de Bertrand Puard, et croisons les doigts pour que ce soit le cas à l'avenir.

Citation

Si, pour les autorités, ils étaient tous considérés comme des fugitifs, paradoxalement ils ne s'étaient jamais sentis aussi libres de leur existence. Car leur liberté signifiait que la vérité était en marche.

Rédacteur: Catherine Thiéry jeudi 29 janvier 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page