Embruns toxiques

... il ressentait un désir physique beaucoup plus sombre. Un désir qui avait commencé à l'assaillir lorsque Charles avait insinué que Mary n'était peut-être pas aussi innocente qu'il ne se l'était imaginé. Apprendre qu'elle avait eu une aventure avec un homme marié l'avait surpris, et troublé aussi.
Elizabeth Speller - Le Retour du capitaine Emmett
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 15 novembre

Contenu

Roman - Policier

Embruns toxiques

Tueur à gages - Finance MAJ lundi 02 février 2015

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Bernard Méhaut
Janzé : Coëtquen, juillet 2015
252 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-84993-230-8
Coll. "Policier"

Jersey troué

Lorsque la photographe parisienne Philippine de Lauzach est assassinée dans un hammam, Olivier Müller, le commissaire de Vannes, est sur les dents car le meurtre a tout d'un contrat de professionnel. Mais pourquoi faire assassiner une paisible photographe ? La piste s'oriente vers Jersey et ses banques accueillantes, mais il faudra encore plusieurs morts et suicides avant de venir à bout de l'enquête...
Avec un tiers de pages en moins que son précédent et premier roman, chroniqué en ces lieux, on pourrait croire que Bernard Méhaut a dégraissé son sujet... Et, curieusement, ce sont toutes les notes d'atmosphère qui faisaient le charme du premier opus qui ont sauté ! Il reste une enquête rapide et allègre - avec bien sûr énormément de dialogues et non dépourvue d'humour -, mais on a l'impression que l'auteur a cédé à la mode actuelle de faire de la série  TV prémâchée pour spectateurs habitués à ce qu'on leur serve toujours la même soupe. L'ensemble devrait ravir les nostalgiques du Masque des années 1970-1980, mais le petit supplément d'âme du premier roman s'est évaporé. Dommage...

Citation

Depuis cinq ans qu'il exerçait sous sa direction, il avait appris à apprécier l'homme et son attitude paternaliste. Une étrangeté dans le monde de la police.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 02 février 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page