Cavales

Un homme qui ne parle pas, on ne peut plus savoir s'il est intelligent ou bien stupide.
Jean-Patrick Manchette - La Position du tireur couché
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 24 novembre

Contenu

Bande dessinée - Noir

Cavales

Enlèvement - Disparition MAJ samedi 12 septembre 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 14,3 €

Stéphane Piatzszek (scénario), Stéphane Douay (dessin)
Irène Häfliger (coloriste)
Bruxelles : Quadrants, août 2008
64 p. ; illustrations en couleur ; 32 x 24 cm
ISBN 978-2-302-00291-3
Coll. "Boussole"

Générations rebelles

Serge a les nerfs. D'abord, il n'a pas touché sa part sur son dernier casse. Et surtout, sa fille a été enlevée par des petits malfrats de banlieue. Il lui faut donc l'argent. Vite et coûte que coûte...
Chez les truands, il y a un peu deux générations. À ma droite, le gros Serge, la vieille école, la loyauté du mauvais côté de la force. À ma gauche, la jeunesse, des gamins de banlieue avides d'argent facile. Ils ne devraient pas se croiser mais quand les gosses s'attaquent à ce que l'ancien a de plus cher, sa fille, ça fait des étincelles...
Cet album, c'est d'abord un choc des cultures. C'est aussi la découverte du Morvan enneigé sous le trait talentueux de Stéphane Douay, capable de changer de style le temps d'un flashback et d'offrir un découpage haletant. L'autre Stéphane, Piatzszek, révèle un sens du dialogue percutant et sait ménager de longues séquences où le silence prime sur un inutile blabla. Un one shot à la fois très noir et pas exempt de poésie, un essai convaincant.

Citation

Les emmerdeurs débarquent toujours à pas d'heure.

Rédacteur: Jean-Noël Levavasseur jeudi 30 juillet 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page