Or noir

Mais si, plaida Voltaire. On ne sait jamais, il y aura peut-être des policiers de province qui croient encore à la respectabilité des gens d'Église.
Frédéric Lenormand - Meurtre dans le boudoir
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 16 décembre

Contenu

Roman - Policier

Or noir

Économique - Finance - Complot MAJ jeudi 16 avril 2015

Mystérieuses annnées Frickx

Or noir, nouveau roman attendu de Dominique Manotti, se lit comme l'on regarde un film du début des années 1980 avec un justicier solitaire version Jean-Paul Belmondo, flic parisien, qui se retrouve muté à Marseille, c'est-à-dire avec délectation. L'histoire se mêle avec l'Histoire, surtout celle de la pègre marseillaise, la French Connection, des traders et du pétrole. Le tout sur fond de compromission, d'une justice loyale aux politiques et aux financiers, de services de police obligés de coopérer avec mauvais grâce, de la prolifération de réseaux obscurs et de la naissance du marché de l'art contemporain.
Si l'action se déroule à Marseille en 1973, les ramifications se trouvent, elles, à Nice, en Italie, en Afrique du Sud, en Suisse, en Turquie, en Iran et en Israël. Autant dire que c'est avant tout une intrigue géopolitique avec la mise en branle accidentelle de l'appareil judiciaire. Pourquoi accidentelle ? Parce qu'au départ, un ancien truand est abattu à la sortie d'un casino par un motard isolé. Seulement, ce qui aurait dû passer pour un règlement de comptes entre truands qui négocient la succession de la maison Guérini se heurte à un détail d'importance : la présence au bras de ce Pieri d'Emily Frickx, riche héritière sud-africaine dont le mari fricotait avec la victime du jour. Le tueur a fait preuve de sang-froid pour abattre sa cible de dix balles sans toucher Emily Frickx. Ce qui va amener son lot de questions. D'autant que les truands ne se soucient que très peu des dommages collatéraux. Alors pourquoi l'avoir laissée en vie au risque d'en faire un témoin gênant ? En moins de quarante huit heures, deux autres victimes voient le jour, et une entreprise est démembrée alors qu'une autre avec un actionnaire principal est créée. C'est sûrement un peu beaucoup pour le jeune commissaire Daquin qui débarque après un passage par le Liban.
Volontairement, la romancière nous propose la jeunesse de l'un de ses héros présent dans trois ouvrages dont Nos fantastiques années fric. Daquin est un flic forcément intègre, qui plus est homosexuel, qui gravite dans un monde d'hommes contraints de louvoyer et de jouer les équilibristes sur la corde qui représente la frontière entre honnêteté et malhonnêteté. À cette époque, les flics sont presque tous des hommes, machos de surcroit. L'ombre de Zampa et de Francis le Belge plane sur la cité phocéenne, mais c'est bien celle du pétrole, de cet or noir, qui devient tentaculaire. À la veille d'un choc pétrolier d'importance, Dominique Manotti explicite avec justesse une période charnière avec la création de l'Opep, le chantage des grandes compagnies, les manigances du Shah d'Iran avec Israël et l'apparition des premiers traders. Son intrigue policière est à la limite de l'excuse. Elle est bien ficelée, mais sert surtout de révélateur à ce nouveau stade d'un monde capitaliste dans lequel la guerre économique ne se cache plus derrière des conflits. Elle ajoute à la sécheresse de son écriture des touches sentimentales et un brin de désabusement. Ses personnages sont bien sentis, et trouvent tout à fait leur place sur l'échiquier du Sud. Dominique Manotti participe à cette renaissance à la "Série Noire" du polar économico-politique avec à la fois talent et rigueur, tout en sacrifiant à la mode du "prequel". C'est bougrement bien fait, et l'on se prend à regretter ces truands à l'ancienne qui sont (peut-être) aujourd'hui devenus les bras musclés de ceux en col blanc.


On en parle : Lire n°434

Nominations :
Prix Landerneau Polar 2015
Prix Polar Michel Lebrun 2015

Citation

Écrire l'Histoire, c'est savoir ménager l'oubli.

Rédacteur: Julien Védrenne vendredi 06 mars 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page