WARP. 1, L'Assassin malgré lui

Pour le juge, en ce mois de décembre 1988, il s'agit de prouver qu'une petite femme d'un certain âge a pu, sans difficultés particulières, dépecer le cadavre d'un homme robuste, et qu'elle a pu y parvenir sans transformer obligatoirement son appartement en étal de boucherie.
Christian Gonzalez - Simone Weber, l'impossible innocente
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 23 août

Contenu

Roman - Thriller

WARP. 1, L'Assassin malgré lui

Fantastique - Historique - Vengeance - Victorien MAJ lundi 23 mars 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

À partir de 13 ans

Prix: 7,75 €

Eoin Colfer
W.A.R.P. Book 1: The Reluctant Assassin - 2013
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Jean-François Ménard
Paris : Gallimard jeunesse, janvier 2015
416 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-07-065659-2
Coll. "Pôle fiction"

Cache-cache temporel

Riley est un jeune apprenti de quatorze ans qui vit dans le Londres de 1898. Dégourdi et courageux, il est pourtant un piètre élève pour son professeur, qui se désespère un peu de le voir, enfin, … tuer seul ! Vous avez bien lu : le maître du jeune homme n'est rien de moins que le redoutable assassin Albert Garrick, ancien magicien reconverti. Parce qu'il est persuadé de lui devoir la vie, Riley tente de mériter la pitance et le toit accordés par le tueur à gages ; pourtant, rien à faire : il ne parvient pas à tuer "pour de vrai", et ce même s'il sait que ses échecs successifs mettent sa vie en danger. Mais la mission sur laquelle commence ce roman va s'avérer tout à la fois encore plus risquée que d'habitude, et également bien plus étrange : Riley (et Albert Garrick dans son sillage) plonge(nt) de plain-pied dans la magie, celle après laquelle le magicien a toujours couru. À moins qu'il ne s'agisse d'autre chose ? Les derniers propos du "quasi-mort" laissent en effet penser qu'il y a une explication... mais laquelle ?
La vie de Riley bascule donc ce soir-là bien plus certainement que s'il avait tué ce "quasi-mort" : pour une raison inexpliquée, il se retrouve projeté dans un lieu inconnu où il est accueilli par une jeune fille à la tenue indécente – un pantalon, vous imaginez – armée et au langage étrange. Bienvenue au XXIe siècle ! Londres a bien changé et même l'esprit ouvert de Riley a du mal à en intégrer toutes les nouveautés. Heureusement, Chevie, qui s'avère être une agente très spéciale du FBI (ou presque), prend son rôle de guide et d'instructrice très au sérieux. Leur interdépendance et leur amitié se renforcent d'autant plus que dans le sillage de l'apprenti assassin a débarqué son maître, l'effrayant Garrick. Suite à son voyage dans le temps, il a développé des capacités très particulières face auxquelles les deux jeunes gens vont devoir conjuguer leurs forces et talents ; il est également résolu à rattraper et punir Riley, qui lui a subtilisé une clé temporelle et qui de plus l'a trahi en choisissant d'aider sa nouvelle amie. D'une époque à l'autre, ils se découvrent l'un l'autre et plongent dans leurs époques respectives, aidant tour à tour l'autre à comprendre les us et coutumes de la vie londonienne qu'ils connaissent.
De guet-apens en courses-poursuites, de combats de boxe en lutte au couteau, de planques secrètes aux technologies les plus abouties utilisées par les agences gouvernementales modernes, il s'agit pour le lecteur de ne pas perdre de vue les contextes historiques dans lesquels prend place l'intrigue, de jongler entre Riley et son côté Oliver Twist (de Charles Dickens), et Chevie et son parcours dignes des "Effacés", de Bertrand Puard. Eoin Colfer, avec tout le talent qu'on lui connait et évidemment tout l'a priori positif que l'on a de ses romans, maitrise parfaitement l'intrigue dont la trame est pourtant relativement compliquée : s'il est nécessaire de ne pas perdre le fil, les détails et les développements permettent tout à la fois de mettre en lumière les particularités et étrangetés des différentes époques - la télévision comme "boîte à musique avec des images", les fiacres, le banditisme organisé qui gangrène Londres à l'époque victorienne, les modes, les armes à feu au moins aussi dangereuses que les épidémies qui déciment les bas-fonds de la capitale londonienne... L'Assassin malgré lui, premier livre de cette nouvelle série "WARP", est, vous l'aurez compris, un très bon et original moment de lecture (on passera sous silence les quelques longueurs constatées par endroits, mais qui n'enlèvent en rien à la qualité de ce texte). On y retrouve le talent de cet auteur et son imagination foisonnante nous charme une nouvelle fois.

Citation

Je n'arrive pas à croire ce qui se passe. Comment ai-je pu me laisser piéger dans le passé ?

Rédacteur: Catherine Thiéry mercredi 11 mars 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page