Adieu Lili Marleen

Bryan Martin semblait plein d'affèterie, une fatuité d'acteur qui continue de jouer un rôle dans l'existence quotidienne.
Marek - Le Couteau sur la nuque
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 08 août

Contenu

Roman - Noir

Adieu Lili Marleen

Historique - Musique - Chantage - Complot MAJ jeudi 12 mars 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Christian Roux
Paris : Rivages, mars 2015
270 p. ; 23 x 16 cm
ISBN 978-2-7436-3154-3
Coll. "Thriller"

Actualités

  • 06/06 Prix littéraire: Sélections 2016 des Trophées de l'association 813
    Les adhérents de l'association 813 avaient jusqu'au 6 juin 2016 pour voter pour le premier tour de leurs "Trophées" (au nombre de quatre). Les ouvrages qui pouvaient être plébiscités devaient impérativement être parus entre le 1er janvier 2015 et le 31 décembre 2015 avec une règle d'unicité concernant les romans et recueils de nouvelles, puisqu'un auteur ne peut être récompensé qu'une fois tous les cinq ans. À ce jeu, la sélection francophone ressemble à un match de ping-pong entre les éditions Rivages et Gallimard (tout comme le Trophée Maurice Renault qui promeut un essai, un article, un travail universitaire, une association, une revue ou un blog) avec pour arbitre La Manufacture de livres. Le Trophée Michèle Witta et celui de la bande dessinée sont plus représentatifs de la diversité éditoriale. Il n'en demeure pas moins qu'une tendance noire - comme à l'accoutumée - se dégage. Les adhérents ont maintenant l'été (période propice s'il en est) pour lire les titres qui leur ont échappé et voter pour le second tour !

    Sélection 2016 du Trophée roman francophone :
    - Le Chemin s'arrêtera là, de Pascal Dessaint (Rivages, "Thriller") ;
    - Pukhtu Primo, de D.O.A. (Gallimard, "Série Noire") ;
    - Une plaie ouverte, de Patrick Pécherot (Gallimard, "Série Noire") ;
    - Adieu Lili Marleen, de Christian Roux (Rivages, "Thriller") ;
    - Battues, d'Antonin Varenne (Écorce/La Manufacture de livres, "Territori").

    Sélection 2016 du Trophée Michèle Witta :
    - Perfidia, de James Ellroy (Rivages, "Thriller") ;
    - L'Enfer de Church Street, de Jake Hinkson (Gallmeister, "Néo Noir") ;
    - Ils savent tout de vous, de Iain Levinson (Liana Lévi) ;
    - Les Infâmes, de Jax Miller (Ombres Noires) ;
    - Le Fils, de Jo Nesbø (Gallimard, "Série Noire").

    Sélection 2016 du Trophée Michèle Witta :
    - Elmore Leonard, un maître à écrire, de Laurent Chalumeau (Rivages, "Écrits noirs") ;
    - C'est l'histoire de la Série Noire, collectif (Gallimard) ;
    - Actu du Noir, de Jean-Marc Laherrère (Blog) ;
    - Les Lectures de l'Oncle Paul, de Paul Maugendre (Blog).

    Sélection 2016 du Trophée BD :
    - Men of Wrath, de Jason Aaron & Ron Garney (Urban comics) ;
    - Les Nuits de Saturne, de Pierre-Henry Gomont & Marcus Malte (Sarbacane) ;
    - Trou de mémoire. 1 Gila Monster, de Virginie Regnauld & Roger Seiter (Le Long bec) ;
    - Tungstène, de Marcello Quintanilha (Çà et là) ;
    - Tyler Cross. 2, Angola, de Fabien Nury & Brüno (Dargaud).
    Liens : Le Chemin s'arrêtera là |Une plaie ouverte |Battues |Perfidia |L'Enfer de Church Street |Les Infâmes |Le Fils |Tyler Cross. Angola |Pascal Dessaint | D.O.A. |Patrick Pécherot |Christian Roux |Antonin Varenne |James Ellroy |Iain Levison |Jo Nesbø |Laurent Chalumeau |Elmore Leonard |Jean-Marc Laherrère |Paul Maugendre |Pierre-Henry Gomont |Marcus Malte |813

  • 27/06 Prix littéraire: Sélection 2015 du Prix Polar Michel Lebrun
  • 25/06 Prix littéraire: Sélections 2015 des GPLP

3e Symphonie en Reich mineur

Christian Roux vient d'écrire avec Adieu Lili Marleen un roman musical sur la musique, qui aborde de nombreux thèmes. L'auteur mêle petite et grande histoire, et insère des correspondances témoins d'une Allemagne qui sombre dans le nazisme et qui tue méthodiquement toute forme de culture. Mais son intrigue est contemporaine et des plus classiques. Dans Paris, Julien est un pianiste de bar qui vient de sortir de prison. Le lecteur apprendra très vite les raisons du pourquoi sur fond de passion du jeu, de drogue et de prêt d'argent. La monotonie de sa vie est bercée par trois personnes : Jean-Marc, le gérant du restaurant dans lequel il joue, Magali de Winter, une vieille dame qui lui demande de jouer "Lili Marleen" et qui laisse de généreux pourboires, et enfin Anna, une pute de luxe qui lui loue un appartement mitoyen du sien, et dont il est amoureux fou sans au début se l'admettre. Tout ce bel univers éclate lorsque Kamel refait surface. Kamel, c'est le mauvais gars de la cité qui lui a prêté de l'argent et qui entend récupérer sa mise au centuple. Un type pas facile aux manières expéditives. Julien se retrouve à jouer les pianistes sur le yacht d'un milliardaire russe pour des fils de magnats allemands sur un Steinway & Sons 1916. Là, il retrouve l'accordeur et... Magali de Winter. De ces retrouvailles découleront trois meurtres, un suicide, des embrouilles ainsi qu'une longue quête. Christian Roux s'est beaucoup documenté avant d'écrire son ouvrage au point de conseiller la lecture des Voies étouffées du troisième Reich, Enartete Musik, d'Amaury du Closel (Actes Sud). Et la partie historique de son intrigue (avec un foisonnement de noms et de faits) incite à ce genre de lecture. Après, les affres de son héros sont assez classiques, mais la construction est intelligente et maîtrisée. Il réussit à instiller le doute chez son lecteur et chez son protagoniste. Surtout, les ingrédients sont réunis pour une belle aventure humaine contemporaine - avec un brin de misérabilisme puis de révolte chez ce Julien auquel on a envie de dire pas mal de choses. L'aspect simpliste de la prostituée que l'on entend sauver est éludé par un monologue acerbe et pourtant pragmatique d'Anna. Pour Julien, l'acceptation de son sort passera par la compréhension d'une machination à laquelle il a été intégré contre son gré. Christian Roux renoue avec la veine romanesque de ses débuts. Il est passé chez Rivages en grand format. À la lecture de cet Adieu Lili Marleen, on comprend mieux pourquoi.

Nominations :
Prix Polar Michel Lebrun 2015

Citation

Les enfants des bourreaux sont-ils comptables des saloperies commises par leurs pères ?
S'ils en acceptent les bénéfices, oui. Je n'ai aucun doute sur cette question. Inclure la notion de responsabilité morale dans les héritages reçus me semblerait assez juste.

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 30 août 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page