La Pieuvre

Non pas qu'il se prenne pour Dieu. Mais il est une manifestation de sa volonté. Il n'y peut rien, c'est son rôle. Il doit tuer ceux qui le méritent. Il est le courroux qui gronde au bout de sa laisse. Le molosse de guerre. L'assassin divin. Ses mâchoires claquent et des gens meurent. Cependant, il ne fait que son travail.
Patrick Bauwen - La Nuit de l'ogre
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 17 septembre

Contenu

Roman - Policier

La Pieuvre

Énigme - Mafia - Assassinat MAJ mercredi 25 mars 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Jacques Saussey
Paris : Le Toucan, mars 2015
552 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-8100-0639-7
Coll. "Toucan noir"

Saga Mafia

La policière Lisa Heslin est la fille d'un juge qui a été assassiné il y a de cela vingt ans. Un assassinat qui date de 1992 et qui n'a jamais été résolu. Apprenant que sa mère est à l'agonie, elle se rend à son chevet marseillais. C'est là qu'elle apprend un premier coup de théâtre : celle qu'elle croit être sa mère n'a jamais accouché... Après le décès de cette mère plus que putative, Lisa apprend qu'elle hérite d'un chalet en Suisse dont elle ignore tout, et reçoit un message écrit de la main de son père qui la lance à la poursuite de ses origines. Mais de redoutables tueurs sont sur ses traces... De son côté, le capitaine Magne s'intéresse au meurtre d'un banal coursier, qui se révèle être une étrange affaire car le crime a été commis avec la même arme qui a servi à tuer le juge Heslin... Pourquoi cette arme ressort-elle de nos jours ? L'enquête commence à la boîte des coursiers, mais va mener tout ce beau monde jusqu'aux ors de la République. Une enquête que le capitaine Magne entend avoir résolu avant le retour de Lisa Heslin. Le compte à rebours a commencé...
On finit par avoir peur des romans à thématique mafieuse, échaudé par d'innombrables ersatz reprenant les tropes des films de Francis Ford Coppola. Mais il n'y a ici dans ce roman de Jacques Saussey absolument rien de tel. La pieuvre en question n'est qu'une entité manipulant ses pions tout en restant dans l'ombre. Ce roman sec qui, malgré sa taille, ne s'effondre jamais sous son propre poids grâce au choix judicieux d'une action resserrée sur quelques jours, au rythme à faire pleurer d'envie James Patterson, avec deux, parfois trois intrigues parallèles se déroulant en même temps, arrive juste au bon moment, lorsque le genre "dur à- cuire" fait son grand retour. Inutile de dire qu'il faut s'accrocher pour suivre l'intrigue de bout en bout, tant elle est complexe — ce qui, dans un tel pavé, n'est qu'un plaisir supplémentaire ! L'ensemble instaure un véritable suspense sur les divers enjeux prenants, avec quelques surprises de taille au cours d'un récit ponctués de scènes d'action jamais envahissantes avec un personnage de "méchant" froid et diabolique particulièrement réussi. Cerise sur le gâteau, pour une fois dans ce genre de romans, la conclusion ironique est plus que satisfaisante. Que peut-on demander d'autres ?

Citation

Les longues soirées passées à chercher des renseignements, à traquer des ombres insaisissables, à consulter des listes sans fin menant la plupart du temps à une impasse, les criminels endurcis qu'une simple erreur de procédure laissait ressortir libres dans la rue, un sourire cruel déformant leurs lèvres, tout cela la minait en profondeur sans qu'elle le reconnaisse. L'avouer, encore plus à soi-même, était synonyme de renoncement, d'abandon.

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 24 mars 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page