Dernier meurtre avant la fin du monde

Le lieutenant vérifia l'information dans le passeport en froissant sans raison les pages adjacentes. Il avait sans doute le même age qu'Ilya, mais les pattes d'épaule le faisait paraître plus âgé. Alors que c'était pour le détenu - et non pour le lieutenant - que chacune des sept dernières années avait compté triple.
Dmitry Glukhovsky - Texto
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 24 août

Contenu

Roman - Noir

Dernier meurtre avant la fin du monde

Hard boiled - Procédure - Apocalyptique MAJ vendredi 17 avril 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Ben H. Winters
The Last Policeman - 2012
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Valérie Le Plouhinec
Paris : Super 8, février 2015
344 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 978-2-37056-016-2

Actualités

  • 25/06 Prix littéraire: Sélections 2015 des GPLP
    La liste officielle des GPLP vient tout juste d'être dévoilée. Fortes de onze romans francophones et de dix-sept étrangers, ces sélections sont marquées sous le sceau des éditions Rivages, Actes Sud, Le Seuil et Gallimard. On repère ci et là quelques perles venues d'ailleurs, et l'on se demande d'ailleurs si elle ne servent pas d'alibi. C'est ainsi que l'on peut joyeusement s'étonner de retrouver le romancier stylé suisse Joseph Incardona pour un petit ouvrage aux éditions Finitude. Étrangement, on ne voit pas comment la palme étrangère pourrait ne pas revenir au Perfidia de James Ellroy, mais quand on débusque le dernier mauvais opus de Don Winslow, on se dit aussi que tous les (dés)espoirs sont permis. Il est dommage que l'un des prix les plus ancestraux et respectés n'offre pas de choix plus osé et opte pour un classicisme forcené. Rendez-vous le 23 septembre afin de connaître les noms des deux lauréats.

    Sélection 2014 du Grand prix de la littérature policière - roman français :
    - Trait bleu, de Jacques Bablon (Jigal, "Polar") ;
    - Une valse pour rien, de Catherine Bessonart (L'Aube, "L'Aube noire") ;
    - Les Initiés, de Thomas Bronnec (Gallimard, "Série Noire") ;
    - Personne n'en saura rien, de Sylvie Granotier (Albin Michel, "Spécial suspense") ;
    - Derrière les panneaux il y a des hommes, de Joseph Incardona (Finitude) ;
    - Hors la nuit, de Sylvain Kermici (Gallimard, "Série Noire")
    - Au fer rouge, de Marin Ledun (Ombres noires) ;
    - Trabadja, de Jean-Paul Nozière (Rivages, "Noir") ;
    - L'Alignement des équinoxes, de Sébastien Raizer (Gallimard, "Série Noire") ;
    - Adieu Lili Marleen, de Christian Roux (Rivages, "thriller") ;
    - Des forêts et des âmes, de Éléna Piacentini (Au-delà du raisonnable).

    Sélection 2014 du Grand prix de la littérature policière - roman étranger :
    - La Vérité et autres mensonges, de Sascha Arango (Albin Michel, "Les Grandes traductions") ;
    - Toutes les vagues de l'océan, de Victor del Árbol (Actes Sud, "Actes noirs") ;
    - À mains nues, de Paola Barbato (Denoël, "Sueurs froides") ;
    - Trame de sang, de William Bayer (Rivages, "Thriller") ;
    - Perfidia, de James Ellroy (Rivages, "Thriller") ;
    - Jackpot, de George Dawes Green (Le Livre de poche) ;
    - L'Enfer de Church Street, de Jake Hinkson (Gallmeister, "Neonoir") ;
    - Ne reste que la violence, de Malcom MacKay (Liana Levi, "Policier") ;
    - Le Moineau rouge, de Jason Matthews (Le Cherche midi, "Thriller") ;
    - Les Assassins de la 5e B, de Kanae Minato (Le Seuil, "Seuil policiers") ;
    - Ratlines, de Stuart Neville (Rivages, "Thriller") ;
    - Linda, de Leif G. W. Persson (Rivages, "Thriller") ;
    - Le Bourreau de Gaudí, de Aro Sáinz de la Maza (Actes Sud, "Actes noirs") ;
    - Finsterau, d'Andrea Maria Schenkel (Actes Sud, "Actes noirs") ;
    - Retour à Watersbridge, de James Scott (Le Seuil, "Seuil policiers") ;
    - Missing: New York, de Don Winslow (Le Seuil, "Seuil policiers") ;
    - Dernier meurtre avant la fin du monde, de Ben H. Winters (Super 8).
    Liens : Trait bleu |Une valse pour rien |Trabadja |Adieu Lili Marleen |Toutes les vagues de l'océan |Perfidia |L'Enfer de Church Street |Le Moineau rouge |Finsterau |Missing : New York |Des forêts et des âmes |L'Alignement des équinoxes |À mains nues |Jacques Bablon |Sylvie Granotier |Joseph Incardona |Marin Ledun |Jean-Paul Nozière |Sébastien Raizer |Christian Roux |Éléna Piacentini |James Ellroy |Stuart Neville |Leif GW Persson |Andrea Maria Schenkel |Don Winslow |Paola Barbato

Ce sera une très belle apocalypse

Lorsque le cadavre d'un agent d'assurance est découvert pendu dans les toilettes d'un McDo de la ville de Concord dans l'État du New Hampshire, pour tout le mond, il s'agit d'un suicide de plus. Mais le policier Hank Palace a des doutes car la ceinture servant de nœud coulant était de luxe et neuve. Pourquoi acheter une ceinture coûteuse pour se pendre ? Seul contre tous, Palace finit par trouver des zones d'ombre dans la vie de l'agent. Mais pourquoi s'acharner sur une enquête alors qu'on le sait, dans six mois, un astéroïde de type "tueur global" - qui répond au nom terrible de 2011GV1 -, détruira toute vie sur Terre ? Et quel mobile peut-on avoir pour tuer son prochain dans de telles conditions ?
Décidément, la maison d'édition Super 8 souffle le chaud et le froid. Après le magnifique L'Obsession suivi de titres moins engageants, voilà un premier roman totalement abouti. La notion du flic de base s'acharnant contre tous pour découvrir la vérité est certes un classique du genre, mais l'épée de Damoclès de l'apocalypse prochaine donne un côté poignant à ce récit en forme d'enquête classique, mais mené par un narrateur extrêmement attirant. La menace est réellement palpable, posant bien sûr au lecteur la question de savoir ce que nous ferions si la fin du monde était programmée. La conclusion, certes un rien emberlificotée comme dans tout roman noir qui se respecte, est d'une logique glaçante et parfaitement logique, surtout que l'auteur résiste à la tentation du happy end - et ce même si deux suites ont été publiées. On comprend que ce roman ait remporté le prestigieux prix Edgar dans la catégorie "Meilleur livre de poche original". On n'en attendait pas autant d'un auteur qui a donné dans cette arnaque consistant à prendre des classiques de la littérature libres de droits pour les caviarder n'importe comment de scènes additionnelles exploitant les monstres à la mode (Anna Karénine devenue "Androide Karénine", ha ha, qu'est-ce qu'on rigole...), comme on truffait jadis les films de série B. de scènes porno en espérant attirer le cochon de payant... On espère donc pouvoir bientôt lire la suite de la trilogie !

Citation

C'est ainsi que ça marche : quelle que soit la probabilité pour qu'un événement donné survienne, cette chance unique sur allez-savoir-combien doit arriver à un moment ou à un autre, faute de quoi ce ne serait pas une chance sur allez-savoir-combien. Ce serait zéro chance.

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 08 mars 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page