Conception

Exactement comme moi, qui n'ai jamais été rien d'autre que la brute de service. Et toujours suffisamment stupide pour accepter le danger.
Peter Temple - Un monde sous surveillance
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 20 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Conception

Fantastique - Huis-clos - Médical MAJ mercredi 15 avril 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 14,9 €

Chase Novak
Breed - 2012
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Vincent Guilluy
Paris : Préludes, janvier 2015
472 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 978-2-253-19102-5

Pardonnez-nous nos enfances

Alex et Leslie Twisden ont tout pour eux : l'argent et la bonne société new yorkaise à leur pieds. Tout sauf un enfant, et ce malgré leurs tentatives répétées. C'est alors qu'ils entendent parler du traitement révolutionnaire du docteur Kis, en Slovénie... Son traitement réussit à merveille, même si Alex et Leslie connaissent d'étranges modifications de comportement. Dix ans plus tard, les voilà avec deux superbes jumeaux, Alice et Adam. Sauf que leurs chers parents doivent les enfermer dans leurs chambres toutes les nuits. Non pas pour les empêcher de sortir - pour les empêcher, eux, d'entrer !
Chase Novak est la preuve vivante qu'avec un peu de talent on peut redonner vie à un thème mille fois utilisé par d'innombrables séries B. ou Z. depuis Rosemary's Baby. Même si, bien sûr, le thème en question n'est pas l'enfance maléfique. Car l'auteur a ce qui fait défaut aux millions de thrillers industriels : une vraie patte. Il fait magistralement passer une certaine ironie dans ces personnages de grands bourgeois new-yorkais qu'on croirait sortis d'un film de Woody Allen, et subvertit par petites touches les attentes du lecteur (l'amour inextinguible des deux parents, donner à Alex des réactions que l'on attribue généralement au cliché de la mère-courage...). Par la suite, la description de cette famille dysfonctionnelle reste prenante. On déplorera juste un essoufflement à la fin du second acte, un second acte qui se perd dans une course-poursuite un peu vaine, où un personnage mis en place disparaît purement et simplement de l'intrigue. L'auteur se fait pardonner par un finale plein de suspense qui va jusqu'au bout de sa logique nihiliste, renonçant à un happy-end qui ne pouvait être que plaqué. La langue elle-même, très factuelle, relève plutôt d'une certaine école littéraire new-yorkaise qui plaît tant dans les salons. Rien d'étonnant à cela : Chase Novak est le pseudonyme de Scott Spencer, auteur à succès de littérature générale qui déclara en interview : "Il est temps que des auteurs sérieux de littérature générale se réapproprient des sujets qu'ils ont abandonné aux tâcherons du cinéma et de la littérature." Défi relevé, et avec quelle maestria !

Citation

Le fait qu'elle ait dix-huit ans que moins qu'Alex, qu'il soit riche et sans enfants et probablement (d'accord : absolument) en quête d'un héritier a fait de Leslie une épouse-potiche, ce qui, dans le jargon des riches habitants de Manhattan, suggère qu'elle pratique une forme haut de gamme et socialement admise de prostitution.

Rédacteur: Thomas Bauduret mercredi 15 avril 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page