Le Massacre des faux-bourdons

Un homme comme Julio Chesma ne pouvait se satisfaire d'une mère névrosée telle que la veuve, ou d'une partenaire de tennis telle que Teresa Marsé. Il avait besoin de quelqu'un qui fût en pleine communion avec la révolte que clamait son tatouage. Le tatouage de Julio Chesma s'adressait à quelqu'un qui avait pris sa vie au sérieux.
Manuel Vásquez Montalbán - Tatouage
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 24 mai

Contenu

Roman - Policier

Le Massacre des faux-bourdons

Tueur en série - Écologique MAJ mercredi 22 avril 2015

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Élisa Vix
Rodez : Le Rouergue, mars 2015
296 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-8126-0848-3
Coll. "Noir"

Polar piquant

On a tué Mohammed Sétif, un paisible Kabyle, retraité s'adonnant à l'apiculture. Cerise sur le gateau, on l'a retrouvé avec une ruche sur la tête ! Est-ce un coup des cultivateurs d'à-côté, grands utilisateurs de pesticides, avec qui tous les voisins étaient en bisbille plus ou moins ouverte ? Mais lorsqu'un deuxième apiculteur est piqué à mort par ses abeilles suite à une mise en scène macabre, le lieutenant Thierrey Sauvage envisage l'impossible : un tueur en série frappant cette catégorie de personnes bien particulière. Pour lui compliquer les choses, sa fidèle collaboratrice Joana la motarde, pourtant farouchement indépendante, va se marier. Une union qui, ignore-t-elle, cache un piège...
Il y a le roman noir social, engagé, impliqué, conscientisé, visant à proposer un instantané d'une société à un moment lambda. Et puis il y a le roman policier comme simple objet de distraction, que ce soit le sturm und drang du thriller industriel ou le roman d'enquête. Cette nouvelle enquête de Thierry Sauvage s'apparente bien plus à une récréation de son auteur, Élisa Vix, après le mordant (et excellent) L'Hexamètre de Quintilien. Épuré (une série de meurtre, une enquête, quoi de plus simple ?) et surtout qui ne recule pas à renouveler des clichés que l'on croirait éculé (le véhicule saboté, la conclusion faisant hommage à un classique du genre — mais dévoiler lequel serait déflorer !), Le Massacre des faux-bourdons est effectivement un divertissement de qualité qui n'insulte pas l'intelligence du lecteur. Le tout écrit dans une langue limpide qui, selon une tendance actuelle, se fait faussement simple pour cacher sa recherche, avec qui plus est quelques pointes d'humour subtil et des jeux de langage que n'eût point renié Nadine Monfils (en moins hénaurme tout de même), à commencer par ce titre tout sauf gratuit. Et comme tout les livres de la collection "Rouergue Noir", c'est aussi un bel objet avec une qualité de fabrication évidente que l'on est content de mettre dans sa bibliothèque — ou d'offrir. Un soin digne d'être remarqué...

Citation

Il n'appréciait pas particulièrement les insectes, mais les abeilles avaient bonne réputation : de gentilles petites travailleuses qui ne piquaient que pour se défendre. Il reposa l'hymnoptère desséché. Celle-ci ne butinerait plus jamais.

Rédacteur: Thomas Bauduret mercredi 22 avril 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page