Kind of blue

La route qui mène au terrorisme commence en général par une pincée d'aliénation : un peu d'ennui.
Viken Berberian - Le Cycliste
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 18 juin

Contenu

Roman - Policier

Kind of blue

Musique - Corruption - Procédure MAJ mardi 28 avril 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 8 €

Miles Corwin
Kind of Blue - 2010
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Aline Weill
Paris : Points, juin 2014
472 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7578-4268-3
Coll. "Policier", 3279

Actualités

  • 10/03 Prix littéraire: Sélection 2014 du Prix du meilleur polar des lecteurs de Points
    Huit des neuf titres en compétition pour le Prix du meilleur polar des lecteurs de Points sont maintenant connus. Fidèle à son habitude, ce prix qui a déjà récompensé par le passé Antonin Varenne (Fakirs, 2010), Pete Dexter (Cotton Point, 2011), Tana French (Les Lieux infidèles, 2012) et Tomas H. Cook (Au lieu-dit Noir-Étang..., 2013), propose une sélection hétéroclite puisée dans les trois collections que sont "Policiers", "Thrillers" et "Roman noir". Si la sélection se dévoile peu à peu avec un ou deux, voire trois titres par mois, les jurés ont dix mois pour faire leur choix. De janvier à octobre 2014, avec un nombre sans cesse croissant au fil des éditions, ce ne sont pas moins de quarante lecteurs amateurs et vingt plus professionnels qui se plongent (ou replongent puisqu'il s'agit de romans déjà publiés en grand format) dans des récits où intrigue, style et crime font mauvais ménage. Malheureusement, les personnes qui se montreraient intéressées pour faire partie du jury des lecteurs amateurs devront ronger leur frein puisque le dépot des candidatures est clos depuis le 10 mars. Il n'en demeure pas moins que vous pouvez aller naviguer sur le Cercle Points afin de vous familiariser avec le prix et les ouvrages en lice ! Sinon, rendez-vous en octobre pour la suite...

    Sélection juin 2014 :
    - Kind of Blue, de Miles Corwin.

    Sélection mai 2014 :
    - Étranges rivages, d'Arnaldur Indridason ;
    - Niceville, de Carsten Stroud.

    Sélection mars 2014 :
    - Une belle saloperie, de Robert Littell ;
    - Guerre sale, de Dominique Sylvain ;
    - Arab Jazz, de Karim Miské.

    Sélection janvier 2014 :
    - Brunetti et le mauvais augure, de Donna Leon ;
    - Le Sang des maudits, de Leighton Gage.
    Liens : Fakirs |Cotton Point |Les Lieux infidèles |Au lieu-dit Noir-Étang... |Une Belle saloperie |Guerre sale |Arab jazz |Niceville |Étranges rivages |Étranges rivages |Antonin Varenne |Pete Dexter |Tana French |Thomas H. Cook |Arnaldur Indridason |Robert Littell |Dominique Sylvain |Karim Miské |Donna Leon

  • 01/03 Édition: Parutions de la semaine - 29 février

Jazz policier

Le roman policier a eu des accointances avec le jazz et en a gardé parfois des traces : un sens du rythme, de la reprise, du tempo, des thèmes. Prenons par exemple un policier typique : c'est un gars solitaire qui ne croit qu'en lui, qui se méfie des structures administratives et qui a des comptes à régler, y compris avec son passé. Là où n'importe qui aurait abandonné depuis belle lurette et siroterait des verres au soleil, lui il continue à tracer son bonhomme de chemin, en égratignant les puissants. Il porte le poids d'un deuil impossible : il a laissé s'échapper un tueur ou a perdu un ami (ou son compagnon). Ash Levine n'échappe pas à la règle : il vit à Los Angeles et aurait pu s'occuper de sa demi-retraite, laisser se tasser les choses après avoir vu un de ses témoins abattus, et se contenter de savourer la vie auprès de sa mère (il est juif) et en pratiquant le surf. Mais dès que son ancien chef et ami lui téléphone pour lui demander de mener une enquête sur un flic mort, il replonge dans l'ambiance avec délectation.
C'est un policier à l'ancienne, qui s'appuie sur les indices, sur les interrogatoires et les failles dans les réponses, sur le tenace retour sur le même fait. Dans la lignée des procéduriers, il accumule les faits, visionne des centaines de fois la même cassette de vidéo-surveillance, retourne voir un témoin jusqu'à ce qu'il ait une réponse ou un fil à dévider. C'est un pit-bull qui chope sa proie à sa jambe et ne la lâche jamais. Lorsqu'il découvre des failles dans la mort du policier et qu'il peut raccrocher cette histoire à la mort de son témoin, il jubile.
Face à lui, son enquête obsessionnelle montre à quel point il peut semer la destruction : sa famille s'éloigne, ses liaisons amoureuses sont sont lendemain, les coupables, cachés même au sein de la police, lui tendent des pièges. Même lorsqu'il pourrait s'arrêter - car il a trouvé le coupable idéal -, il s'entête et cherche à savoir ce qui pourrait se cacher derrière cette solution, trop facile.
L'auteur est journaliste et a travaillé un an avec des enquêteurs. Il s'est glissé dans leur métier, pour en reconstituer les détails, le lent travail de fourmi, la lourdeur administrative, les joies et les frustrations qui entraînent parfois des dérives criminelles. Si le personnage est traité de manière classique, l'intrigue est reconstituée avec véracité, les personnages secondaires décrits avec soin, les bouffées de paix intérieure (un air de musique, une virée sur une planche de surf, un dîner avec une famille juive caricaturale) renforcent l'impression de vérité d'une intrigue que l'on a certes l'impression de connaître déjà mais qui joue sa petite musique de manière bien agréable.

Citation

Si je me laisse obséder par une théorie, j'ai peur que des œillères me fassent manquer les nuances du vrai scénario du meurtre.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 16 mai 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page