W3, le Mal par le mal

Depuis le début de son incarcération, Daniel s'était construit un autre ailleurs, une existence exemplaire et parfaitement organisée en compagnie de Christine, une femme adorable et jolie, de deux enfants, Julie et Paul, et même d'un chien particulièrement joueur répondant au nom de Lacy. Une vie en parallèle pour fuir l'enfermement, pour ne pas tourner fou.
Christian Laurella - Sortie noire
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 17 octobre

Contenu

Roman - Thriller

W3, le Mal par le mal

Complot - Crépusculaire MAJ jeudi 07 mai 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Jérôme Camut & Nathalie Hug
Paris : Télémaque, janvier 2015
816 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-7533-0245-7
Coll. "Thriller"

Quand le pire est à venir…

Jérôme Camut et Nathalie Hug ont déjà signé Les Voies de l'ombre aux éditions Télémaque, une remarquable tétralogie construite sur la traque d'un tueur en série particulièrement odieux. Ils récidivent avec une nouvelle trilogie dont l'intrigue est en prise directe avec la réalité. Elle porte sur ces réseaux animés par "des monstres capables de vendre, de violer, de torturer et de tuer des femmes pour le plaisir".
Lara Mendès, une jeune journaliste, enquête sur le meurtre d'un avocat célèbre. Elle est enlevée et séquestrée sur ordre de Bruno Dessay, celui qui partage sa vie. Libérée, avec une fillette de dix ans, grâce à la pugnacité de deux policiers, elle fonde, avec quelques relations, W3, un site d'informations indépendant sur les dysfonctionnements de la justice. Parallèlement, Sookie Castel s'attache à faire la vérité sur le "suicide" d'un adolescent et de ses parents. Elle découvre, avec difficulté, que ce garçon était un tueur en série de gamines.
Le Mal par le mal débute avec la mort de Bruno sur ordre de Lara. Celle-ci décide de prendre un peu de recul après tous les événements. Mais, la machine ne s'arrête jamais. Jo, un des policiers qui avec Demian Obolanski ont sauvé Lara, voit sa femme mourir dans ses bras, lui-même est blessé. Il fuit immédiatement avec Bérénice, sa belle-fille pour rejoindre un lieu sûr. Léon Castel le père adoptif de Sookie, pendant qu'elle est internée pour avoir tiré sur l'assassin de sa mère, est emprisonné pour scandale sur la voie publique alors qu'il dénonçait un violeur libre de ses mouvements et qui terrorise sa victime, celle qui a porté plainte.
Une vague de meurtres violents vise des policiers dans toute la France sans que le Pouvoir ne s'en émeuve. W3 pense tenir, avec ces drames, les éléments d'une nouvelle croisade. Lara s'engage dans une voie difficile en compagnie de personnages au passé mystérieux qui dirigent une organisation parfaitement huilée qui ne recule pas devant l'exécution de coupables.
Et la liste des morts s'allonge pendant que Léon Castel apprend la vie carcérale avec ses humiliations et ses bourreaux...

Si, dans leurs précédents livres, les auteurs suivaient surtout les prédateurs et leurs victimes, dans cette série, ils s'intéressent également à la famille des victimes, à leurs proches, à leur entourage, un microcosme qui n'est quasiment jamais évoqué, ni dans les romans, ni dans les médias. Paradoxalement, c'est toujours la famille du délinquant qui est en vedette dans les journaux télévisés !
C'est aussi en tant que citoyens que les auteurs réagissent aux blocages qui minent la société, à ces procédures judiciaires complexes aux résultats si incompréhensibles. Ils dénoncent ces voyous qui utilisent les carences des lois à leur seul profit, les injustices qui en découlent, les abus et toutes les souffrances humaines qu'une législation faite par d'honnêtes gens auraient dû éviter.
Avec ces éléments, ils imaginent une intrigue à tiroir construite à l'image des poupées russes et conçoivent, pour l'animer, une galerie de personnages aux caractères finement élaborés, aux profils psychologiques riches et denses. Ils offrent un récit alerte, rythmé, au découpage serré, avec des scènes dures, violentes, sans remplissage, ni intrigues secondaires mineures.
Surtout, ils basent leur récit sur une documentation solide faite de dossiers, de rapports, de témoignages, de rencontres avec tous les intervenants dans ce domaine : familles des victimes, juges, avocats, policiers, journalistes...
Mais tout n'est pas noir. Ils mettent en valeur la pugnacité des "Don Quichotte" de toutes natures qui croient encore à un monde plus juste et qui luttent, avec des moyens dérisoires contre des mafias, des lobbies aux moyens eux presque infinis puisque nourris de l'exploitation de l'être humain.
Il faut souligner le travail éditorial avec un calendrier qui identifie chaque phase du récit et la mise en valeur du nom du personnage au début des chapitres.

Après Le Sourire des pendus, Le Mal par le mal est un roman à l'image du milieu qu'il décrit, un livre, oh combien !, passionnant pour son intrigue forte servie par une foule de personnages tous plus concrets les uns que les autres.

Citation

Aujourd'hui, mesdames et messieurs, on va briser un tabou ! On va malmener la loi ! Cette même loi qui protège les criminels et trahit les victimes ! Approchez, mesdames et messieurs, ce que j'ai à vous dire relève de la sécurité de vos sœurs, de vos filles, de vos amies et de vos mères !

Rédacteur: Serge Perraud lundi 27 avril 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page