Siècle d'enfer

Un siècle plus tôt, des kilomètres de canaux serpentaient entre les rues de Venice, creusés par le magnat du tabac Abbot Kinney pour rappeler la célèbre ville italienne. À présent, les canaux où des gondoliers promenaient autrefois les habitants étaient comblés et bordés de salles de sport dopées aux stéroïdes, de stands graillonneux et de boutiques de T-shirt branchés.
Dustin Thomason - 12.21
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 20 septembre

Contenu

Roman - Noir

Siècle d'enfer

Anticipation MAJ samedi 15 août 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Frédéric Castaing
Vauvert : Au diable vauvert, août 2009
336 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 978-2-84626-203-3

Un jour de la semaine pour une autre vie

Lorsque le jeune homme qui se rebaptisera plus tard Vendredi sort de l'institution totalitaire qui l'a retenu cette éternité, il a près de vingt ans selon les registres, et plonge nu comme un ver dans un Paris sombre. Il découvre un monde qui se voudrait manichéen et au sein duquel se confrontent des enjeux, des pouvoirs, une organisation, une exclusion qu'il ne comprend pas toujours, et qui évoluent et se maintiennent dans la violence physique, symbolique, politique.
Vendredi rêve d'une vie autre dont il ne se souvient pourtant pas, à coups de trous noirs, de poings et de prouesses aux jeux vidéo. Pris pour un autre dans sa course pour une vérité et une histoire dont il a besoin pour reconstruire un passé, peut-être, et certainement une vie qu'il a encore devant lui, Vendredi rencontre Rica, une étoile encore plus perdue que lui, à bout de vie.
"Il parait que les trous noirs dans l'espace avalent tout, les comètes, les étoiles et les planètes." Sous forme de journal tenu par une humanité écorchée, fondement d'une volonté d'écrire plus, et toujours, ce roman parfois cru, souvent violent et anticipateur nous tient par l'envie de comprendre cette révolte, cette erreur, ce futur dont on ne veut pas, certainement. Si l'on s'accorde à accepter des inconnus, ces figures de combats multipliés, on refuse, avec Frédéric Castaing, l'avenir infernal qu'il nous présente. Siècle d'enfer, pute de vie, n'est-il pas trop tard pour te détourner, t'entreprendre ?

Citation

La-haut, je serai comme Gulliver. Le ciel, la mer, les continents, la ville, les hommes, la violence et puis l'amour, la mort, la naissance, ce trou noir niché au fond de mon crâne qui a avalé mes années profondes, ce pouls qui ne s'arrête jamais, ce corps que je n'ai pas choisi, tout serait clair, dégagé, à portée de main. Et j'écrirai un livre

Rédacteur: Miriam Perier vendredi 14 août 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page