Rouge-crime

Chaque fois que j'avais fait un effort surhumain pour me rapprocher d'un de mes semblables, il avait fini par y laisser sa peau.
Muriel Mourgue - Qui a suicidé Pamela Janis Patersen ?
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 24 mars

Contenu

Roman - Policier

Rouge-crime

Historique MAJ samedi 24 octobre 2009

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 10 ans

Prix: 13 €

Mary Hoffman
The Falconer's knot - 2007
Traduit de l'anglais par Laurence Kiéfé
Paris : Flammarion, juin 2009
400 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-0812-1167-4

Monastère et couvent sont-ils des hâvres de paix  ?

Silvano a seize ans. Ce noble de Pérouse est amoureux d'Angelica, la jeune épouse de Tommaso, un riche éleveur de moutons.
Chiara, la mort dans l'âme, obéit à son frère et entre au couvent. Elle lui coûte cher et n'a pas les biens suffisants pour une dot permettant de la marier convenablement.
Tommaso est assassiné. Tout accuse alors Silvano dans le meurtre de Tommaso ! C'est son poignard qui est planté dans le défunt, ses vêtements sont ensanglantés et le mobile… évident. Son père demande l'asile au père abbé du monastère franciscain de Giardinetto, près d'Assise, pour le soustraire à une justice expéditive.
Mona Isabella est mariée à Ubaldo. Elle assume depuis vingt ans son rôle d'épouse, mais rêve toujours à Domenico, l'étudiant pauvre que son cœur avait choisi.
Au monastère, Silvano travaille dans la salle des couleurs dirigée par frère Anselmo, alors que Chiara, dans le couvent voisin rejoint sœur Veronica pour les mêmes tâches. En effet, la demande est forte avec l'extension de la basilique dédiée à Saint François.
Simone Martini, de Sienne, est chargée de décorer une chapelle avec une fresque retraçant la vie de Saint Martin.
La proximité du monastère et du couvent amène des échanges et une collaboration. Les deux jeunes gens se sont entraperçus. Ils se retrouvent sur le chantier où ils livrent les couleurs. Une commande fructueuse de linge pour les autels amène Ubaldo à Assise. Il loge au monastère. En pleine nuit, il est assassiné… d'un coup de poignard. Sa veuve, vient sur les lieux et reconnaît, en frère Anselmo, l'élu de son cœur. Silvano déjà soupçonné d'un crime, Anselmo qui fait un coupable idéal et Chiara ne peuvent qu'unir leurs forces pour découvrir le meurtrier. D'autant qu'un moine est empoisonné à l'arsenic, un composant qui entre dans la confection des couleurs…

Mary Hoffman a acquis une notoriété internationale avec "Stravaganza", une série de quatre volumes (pour l'instant) qui se déroule dans une Italie alternative du XVIe siècle. Si elle situe son histoire en 1316, c'est pour évoquer la figure de Simone Martini, son peintre préféré ; sa fresque de la chapelle d'Assise compte parmi ses œuvres les plus marquantes avec la Maestà de Sienne. Autour de ce pivot, elle agrège de nombre de personnages réunis par des circonstances dramatiques et sociales. Elle fait une large place au statut de la femme, qui, à cette époque, ne pouvait diriger sa vie que lorsqu'elle devenait veuve et avait la chance de choisir un Mundualdus (un tuteur) conciliant. Sinon, elle avait le "choix" entre un mariage de raison, avec bien souvent un homme âgé, ou l'entrée définitive au couvent.
Ces éléments historiques structurent le roman de Mary Hoffman qui corse son intrigue avec quelques meurtres bien "choisis". Puis, elle prend le parti de croiser la trame de relations sentimentales avec la traque d'un meurtrier récidiviste. Elle met en scène, jouant avec les dénominations romantiques et exotiques des couleurs, la succession des étapes du travail des artistes peintres. Cependant, elle a du "métier" en tant que romancière. Elle sait rendre, avec les péripéties en chaîne, une tension dramatique. De plus, les personnages qu'elle créée provoquent une forte empathie.
Rouge-crime n'a rien d'un thriller. Il entrerait plutôt dans un courant actuel qui privilégie des relations sentimentales dans un cadre sanglant et funeste. Ce roman, qui compte de nombreux atouts, se lit avec beaucoup de plaisir.

Récompenses :
Prix Polar jeunesse 2009

Citation

Nous tournons eu rond. Le meurtrier est forcément l'un d'entre nous et pourtant aucun d'entre nous ne peut être un meurtrier.

Rédacteur: Serge Perraud lundi 17 août 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page