Le Moineau rouge

Guidi avait l'impression infondée mais très nette que Bora et lui ne pourraient jamais sympathiser. Cela n'avait peut-être aucune importance, mais il se sentait gêné, car Bora l'observait sans rien révéler sur lui-même.
Ben Pastor - Lune trompeuse
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 23 septembre

Contenu

Roman - Espionnage

Le Moineau rouge

Géopolitique - Infiltration MAJ vendredi 12 juin 2015

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,5 €

Jason Matthews
Red Sparrow - 2013
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Hubert Tézenas
Paris : Le Cherche midi, avril 2015
654 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-7491-4076-6
Coll. "Thriller"

Espion épicurien

Nathaniel "Nate" Nash, jeune agent de la CIA, opère à Moscou où il est le contact direct de MARBRE, une taupe bien en place, mais ce même MARBRE se fait vieux et voudrait raccrocher. C'est alors que Nate comment une erreur qui met à mal sa couverture. Alors le SVR lui envoie Dominika, une espionne russe chargée de le retourner — jusqu'à ce qu'elle soit elle-même soupçonnée à tort d'avoir été recrutée par la CIA ! Puis il y a la découverte de CYGNE, une taupe implantée dans les plus hauts rangs du gouvernement américain...
Décidément, l'espionnage de papa n'en finit pas de tenter d'exister : le SVR sovié... pardon, russe, a remplacé le KGB, mais les ficelles restent plus ou moins les mêmes. Sauf que cet énorme pavé suit plutôt la tendance "grise" de l'espionnage tendance John Le Carré, avec ses espions bureaucrates ballottés entre fidélité, trahison, dont on se demande quelle est leur véritable utilité (chaque côté semblant surtout occupé à chercher les taupes de l'autre en un jeu sans fin), la ritournelle des trahisons et des retournements réels ou imaginaires créant ce sentiment de chaos d'où naît le vertige cher aux amateurs du genre, et où personne ne peut se vanter de détenir une quelconque supériorité morale (mais que l'on se rassure, c'est toujours le Russe le plus méchant). Évidemment, cet énorme roman de quelqu'un bien au fait est toujours sur le point de s'effondrer sur son poids et la conclusion "totalement imprévisible" est tout de même convenue, quoique raccord avec l'univers décrit. Rien de nouveau sous le soleil gris des espions ? Si, car l'auteur parsème son récit de plantureux repas dont les recettes sont données en fin de chapitre, ce qui est inhabituel pour le genre (et risque de faire "sortir" du récit une partie des lecteurs tout en ravissant les autres). Les amateurs d'espionnage seront contents, les autres resteront un peu sur leur faim.

Citation

La taupe CYGNE opérait donc à l'intérieur même du gouvernement des États-Unis. Un très gros poisson. Que ses informations soient considérées par les Russes comme les meilleures depuis des décennies indiquait qu'elles étaient de qualité et qu'elles circulaient en quantité ; pour Benford, c'était surtout la preuve qu'une hémorragie de secrets frappait les États-Unis.

Rédacteur: Thomas Bauduret vendredi 12 juin 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page