A comme Association. 1, La Pâle lumière des ténèbres

On peut pleurer parce qu'on a perdu quelque chose ou qu'on n'a pas obtenu quelque chose. On peut pleurer pour de nombreuses raisons, futiles ou profondément tragiques. On pleure aussi parce qu'une fenêtre s'ouvre sur le passé.
Cilla Börjlind & Rolf Börjlind - Marée d'équinoxe
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 17 novembre

Contenu

Roman - Espionnage

A comme Association. 1, La Pâle lumière des ténèbres

Fantastique - Drogue - Trafic MAJ dimanche 26 juillet 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

À partir de 10 ans

Prix: 5,6 €

Erik L'Homme
Paris : Gallimard jeunesse, juin 2014
176 p. ; 18 x 13 cm
ISBN 978-2-07-065901-2
Coll. "Folio junior"

Association de bienfaiteurs

Érik L'Homme et Pierre Bottero sont deux auteurs de la littérature jeunesse incontournables. À l'occasion d'un salon, ils envisagent l'idée de collaborer et de se lancer dans l'écriture d'une série qui les réunirait, au même titre que leurs éditeurs (Gallimard Jeunesse et Rageot). Une idée qui prend rapidement forme : les deux hommes aiment écrire et travailler ensemble, et une saga de treize titres est évoquée. Les deux auteurs apprennent à s'apprécier et à se respecter, et cela se ressent dans la qualité de leur production. Aussi, lorsque Pierre Bottero décède en 2009, Érik L'Homme décide-t-il de publier ce qu'ils avaient ensemble écrit : A comme Association sera bien publié, même s'il ne s'agira finalement que de huit tomes. Si la série est donc publiée comme une sorte d'hommage, il n'en reste pas moins que ce premier opus, La Pâle lumière des ténèbres, reflète tout le talent des deux auteurs : qualité de l'environnement fantastique, personnages drôles, atypiques et attachants, créatures magiques originales, mais aussi et peut-être surtout l'art de manier les mots à chaque page pour faire sourire et réfléchir le lecteur.
Nous rencontrons donc dès les premières pages Jasper, un adolescent à l'humour très personnel mais surtout l'un des stagiaire de l'Association, une organisation secrète chargée de contrôler les Anormaux et de les empêcher de se faire remarquer par les Normaux (vous et moi, quoi). Recruté un peu par hasard pour des aptitudes en magie qu'il ne se connaissait pas, Jasper intègre le cursus de formation de l'Association et découvre les joies des cours particuliers de magie (tout aussi barbants que ceux du lycée, sauf qu'ils sont susceptibles de lui sauver la vie). Envoyé en missions auprès de vampires, il ne va évidemment pas pouvoir suivre la feuille de route donnée par ses supérieurs. C'est le début d'aventures dangereuses et passionnantes dont il va avoir bien du mal à se tirer en un seul morceau et sans perdre le peu de crédibilité qu'il a auprès de la belle Ombe !
Dans un style très original largement empreint d'humour et de bons mots, Érik L'Homme parvient dans ce premier court tome à installer efficacement un univers construit, convaincant et atypique. Jasper est un héros un peu maladroit, dont les propos dépassent parfois la pensée et qui lutte entre ses casquettes d'agent de l'Association (stagiaire certes, mais agent tout de même) et de lycéen fan de rock, obsédé par les filles et scotché à ses potes. Hautement sympathique, il saute à pieds joints dans les problèmes, et son sens de la répartie, s'il nous fait régulièrement sourire, ne l'empêche pas de se retrouver dans de drôles de situations. Cela donne un roman rafraîchissant et drôle, abouti et passionnant. Lorsque l'on connait en plus la genèse du projet, et le drame qui aurait pu le jeter aux oubliettes, on savoure d'autant plus les dernières aventures imaginées par Pierre Bottero et mises en mots par Érik L'Homme. Ces cent soixante-dix pages sont d'ailleurs l'illustration de ses talents de conteur, et ce premier tome ne donne que l'envie de se procurer rapidement les autres.
En somme, La Pâle lumière des ténèbres est une collaboration posthume admirablement réussie et qui inaugure de la meilleure façon cette série de littérature à la fois fantastique et d'espionnage-infiltration pour la jeunesse.

Citation

Nommer une chose, c'est attirer son attention. La nommer correctement, c'est la rendre réceptive. C'est pour cela que la magie est si particulière. Elle réclame de connaitre les noms des choses et de savoir les charmer, avant même de songer à les utiliser. Ces noms, on les découvre en tâtonnant, en faisant fonctionner son intuition et son intelligence.

Rédacteur: Catherine Thiéry jeudi 23 juillet 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page