L'Homme du paradis

... au fond de leurs yeux, j'ai découvert deux sentiments que les salauds ne peuvent pas dissimuler : la peur et le mépris.
Leonardo Padura - L'homme qui aimait les chiens
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 20 septembre

Contenu

Roman - Noir

L'Homme du paradis

Humoristique - Gastronomie - Chantage MAJ mercredi 19 août 2015

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Philippe Bouin
Paris : Presses de la Cité, juin 2015
318 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-258-11461-6
Coll. "Romans Terres de France"

Corbeau numérique

Ça va encore swinguer au sein du petit village viticole de Saint-Vincent-des-Vignes : un corbeau numérique (donc version Internet) ne cesse de semer la discorde en révélant les turpitudes des villageois à travers un site de ragots. Pour Archibald Sirauton, le maire du village, l'affaire est grave, puisque l'honneur de ses concitoyens est en jeu... Mais il y a pis : sa compagne, la belle Xa, a débusqué un contrat pour jouer une pièce de Molière. Or les calamités pleuvent sur sa compagnie — jusqu'à un assassinat... Si tout le monde n'a pas le vin gai, certains l'ont meurtrier...
L'Homme du paradis (et non du Picardie...) est le troisième tome de la saga œenologico-criminelle de Philippe Bouin, que même les aquaphiles peuvent consommer sans modération. On a déjà dit tout le bien qu'il fallait penser de l'auteur, et ce nouveau cru s'avère tout aussi gouleyant que les précédents avec une truculence qui fait de Philippe Bouin le meilleur héritier de feu Charles Exbrayat. Nous nous trouvons dans le pur divertissement, celui qui joue sur le pittoresque sans jamais chercher à trop en faire (et surtout pas dans le genre "rural", généralement destiné à faire se sentir supérieur les Parigots), et le récit se termine même pas la classique confrontation des suspects. Il ne manque plus qu'Hercule Poirot ! Le tout dans une langue précise, de celles qui ont l'élégance de la fausse simplicité, ponctuée de petits bonheurs d'écriture jamais forcés. Philippe Bouin nous avait habitués à des thrillers complexes et foisonnants (nous en voulons pour preuve l'excellent Paraître à mort), la légèreté lui va également bien...

Citation

Le pire des maux pour les hommes sont les mots qui se retournent contre eux. Ceux qu'ils écrivent, les plus dangereux. C'est pernicieux, un mot écrit. Mal fagoté ou malveillant, la justice le sanctionne, la facture est sévère.

Rédacteur: Thomas Bauduret mercredi 12 août 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page