Sable mouvant : fragments de ma vie

J'ai choisi ce métier pour l'ordre... et c'est le désordre continuel.
Yves Patrick Delachaux - Grave panique
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sang chaud
Voilà un étonnant roman de gangsters à la sauce coréenne. L'action se déroule à Guam, un quartier por...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 19 janvier

Contenu

Essai - Noir

Sable mouvant : fragments de ma vie

Social - Enquête littéraire - Médical MAJ lundi 28 septembre 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,5 €

Henning Mankell
Kvicksand - 2014
Traduit du suédois par Anna Gibson
Paris : Le Seuil, septembre 2015
352 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-02-123340-7

Actualités

  • 05/10 Nécrologie: Wallander orphelin : disparition de Henning Mankell
    Il y a très longtemps que Henning Mankell s'était éloigné du commissaire Wallander qui avait fait sa renommée internationale et, à travers lui, celle du polar scandinave et plus précisément suédois. Aujourd'hui, lundi 5 octobre, si le commissaire ne se sent pas orphelin, assurément les millions de ses lecteurs le sont. Lors de cette rentrée littéraire, les éditions du Seuil avait publié Sable mouvant, récit autobiographique dans lequel l'auteur racontait sa rencontre avec le "crabe", et aussi son combat ordinaire et sa vie de tous les jours. L'ouvrage était paru en Suède l'année dernière. C'est donc un témoignage tout frais qui fait aujourd'hui étrangement écho à la disparition d'un homme qui s'était affranchi des frontières du roman et du roman de genre pour œuvrer pour ses idéaux. Kirsten Jacobsen s'était intéressé de près à sa vie dans Mankell (par) Mankell, et avait particulièrement insisté sur sa "biographie intellectuelle et artistique" comme le soulignait Philippe Bouquet. Le monde du polar est en deuil. Henning Mankell était marié à Eva, fille d'Ingmar Bergman. Henning Mankell avait seulement soixante-sept ans quand le crabe a eu sa peau.
    Liens : Mankell (par) Mankell |Henning Mankell |Philippe Bouquet

La maladie, la vie, la mort

Que les lecteurs exclusivement en quête d'intrigue policière passent leur chemin. Ce livre n'est pas pour eux. Il est en revanche pour tous ceux qui s'intéressent à ce qui est derrière un livre, à ce qui a fait qu'un être humain a été amené à écrire et ce qui l'a mis en mesure de le faire. Il s'ouvre sur la nouvelle que l'auteur apprend un "beau" jour – comme des centaines de millions d'autres avant et après lui – à savoir qu'il est atteint d'un cancer. Comme pour beaucoup de semblables, sans doute, c'est l'occasion d'un retour en arrière à partir du jour où il a découvert à sa grande stupeur qu'il "était [lui] et personne d'autre". Qui ne s'en est pas étonné, en effet, et ne s'est pas interrogé sur l'enchaînement infini de causes et d'effets qui a produit ce résultat : lui ! Nombreux sont aussi ceux qui, en pareille occasion, ont repensé à leur... première cigarette. Et il laisse son esprit batifoler au long de soixante-huit chapitres d'une moyenne d'une demi-douzaine de pages. À partir d'un projet d'enfouissement de déchets radioactifs (pour cent mille ans !) dont il entend parler, il s'interroge, dans la première partie, sur l'art préhistorique et sa fonction, les glaciations, la mémoire, l'oubli et sa nécessité, la fragilité du savoir, la peur. La deuxième, elle, aborde de façon un peu plus structurée, des thèmes tels que la maladie, le mal sous toutes ses formes, le malheur, la peur... La troisième partie, enfin s'efforce d'envisager la vie de façon universelle, sub specie aeternitatis en quelque sorte.
Ce livre n'est pas sans faire penser aux célèbres Propos de notre philosophe connu sous le nom d'Alain. Il procède un peu de la même façon, en partant d'un fait concret, d'un incident de la vie, pour tisser toute une réflexion mettant à profit l'expérience que procurent à la fois le nombre des années et, ici, le traumatisme de la maladie. C'est intelligent et souvent émouvant. Un de ces livres que l'on n'a pas le sentiment d'avoir lus en vain. Est-il besoin d'en dire plus ?

Citation

Il faut du courage pour vivre, et du courage pour mourir.

Rédacteur: Philippe Bouquet lundi 09 décembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page