Les Âmes troubles

Ramasser des coquillages. C'est interdit! Il y a un panneau, affiché au poste de secours, et pourtant tout le monde le fait... Les flics ne disent rien. Ca me dépasse...
Michel Bussi - N'oublier jamais
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 20 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Les Âmes troubles

Fantastique - Apocalyptique MAJ lundi 19 octobre 2015

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 7,9 €

Olivier Taveau
Paris : Le Masque, mars 2015
392 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7024-4236-4
Coll. "Le Masque poche", 60

Fantômas moderne

Un assassin rôde dans Paris, laissant derrière lui des cadavres brûlés vifs selon une méthode inédite ; un assassin dont les victimes semblent choisies au hasard, sans modus operandi ni mobile... Le policier Nicholas Bog-Bat tente de mener l'enquête, même si le criminel diabolique semble apparaître et disparaître sans laisser de traces – et vise personnellement ce même Nicholas Bog-Bat. Mais ses forfaits attirent l'attention d'une mystérieuse loge religieuse secrète qui pourrait bien avoir une certaine part de responsabilités dans cette série noire. Elle aura pour tâche de retrouver Nicholas Bog-Bat, laissé pour mort après que l'assassin ait fait sauter une partie de Paris...
Les prix du festival de Beaune soufflent le chaud et le froid, alternant découvertes (comme celle d'Olivier Gay) et textes très médiocres. Mais là, on est dans le premier cas de figure. L'auteur ressuscite un criminel réellement monstrueux et diabolique comme les aimaient les feuilletonistes de l'ère où Fantômas faisait trembler les foules, et se permet même un passage digne d'un film catastrophe ou la Capitale en prend pour son grade et ce qui est peut-être un clin d'œil à une légendaire scène de Seven ! Avec un thème pareil, il y aurait de quoi confectionner un thriller industriel de base, mais la musique d'Olivier Taveau se situe plutôt dans une nuance de gris évoquant la défunte collection "Engrenage", certains passages convoquant plutôt l'onirisme. Certes, le tout se termine sur une révélation désormais bien galvaudée, mais qui ouvre une porte sur un fantastique qu'on sentait sous-jacent où l'auteur en dit juste assez pour fasciner sans se montrer frustrant. Revers de la médaille, à force d'être allusifs, certains passages sont assez difficiles à comprendre. À presque quatre cents pages, si on ne peut parler de délayage, le tout est peut-être un poil trop long. N'empêche, Olivier Taveau a réussi son entrée dans le monde du suspense, et on attendra qu'il fasse fructifier les qualités évidentes de ce premier essai !

Citation

La cour du commissariat était régulièrement le théâtre de scènes qui, par certains côtés, prenaient l'allure de corrida où le taureau s'épuisait dans un combat inégal. Celui-ci s'acheva dans les règles de l'art, avec le renfort d'une escouade échauffée, et l'animal rendit les armes dans un sursaut qui lui coûta deux incisives.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 19 octobre 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page