Qui sème le sang

La victime avait la tête complètement tournée à droite. Entre ses lèvres bouffies et retroussées pendait une langue gonflée. Le cou était flasque. Ne posture grotesque qu'un légiste qualifierait probablement d'incompatible avec la vie.
Jonathan Kellerman - Un maniaque dans la ville
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 14 décembre

Contenu

Roman - Policier

Qui sème le sang

Tueur en série - Énigme MAJ vendredi 18 septembre 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,5 €

Arne Dahl
Ont Blod - 1998
Traduit du suédois par Rémi Cassaigne
Paris : Le Seuil, septembre 2009
345 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 91-7002-145-7
Coll. "Policiers"

Proverbe

Le roman commence par les états d'âme du policier Paul Hjelm qui souhaite un "solide tueur en série. Solide et de dimension internationale" pour justifier son travail au sein du groupe A. Ce groupe de sept policiers a été constitué pour le besoin de l'intrigue relatée dans le précédent livre de Arne Dahl, Misterioso. Et sans nouvelle enquête, il risque le démantèlement et Paul retournera à la "routine de son train miniature", ce qui n'a pas l'air de le réjouir.
Au bout de huit pages, son vœu est exaucé et les voilà à Arlanda, l'aéroport de Stockholm, sur les traces d'un tueur en série qui débarque de New York. L'exercice est périlleux pour l'auteur. Commencer un suspens avec sept policiers chevronnés à la descente de l'avion pour tenir le lecteur en haleine relève du défi. On se doute bien que le tueur en série ne se laissera pas prendre dès les premières pages. Et, comme prévu, il échappe au dispositif mis en place.
Arne Dahl s'applique à donner de l'épaisseur à chacun des policiers dont on connaitra la vie entière jusqu'à la dernière ligne du roman. Peut être manque-t-il de finesse dans cet exercice car la sauce ne prend pas ou trop bien. Car en fermant le livre on se souvient de Kerstin qui révèle son amour pour un sexagénaire, Gunnar bourré aux stéroïdes qui battait sa femme, Paul, marié à Cilla qui couchait avec Kerstin, etc. Et l'intrigue dans tout ça ? Elle se résume à une question entêtante qui continue de résonner dans la tête : pourquoi le tueur du Kentucky attend-il la venue de son copycat en Suède pour se remettre à tuer ? Oups... l'intrigue est révélée...


On en parle : Alibis n°34

Citation

On ne se souciait plus d'empêcher les gens de devenir des criminels, juste d'exclure ceux qui l'étaient devenus

Rédacteur: Axelle Simon lundi 14 septembre 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page