Chronique du crime

L'hématome subdural pouvait avoir été provoqué par un coup très fort porté à la tête, qui n'aurait entraîné la mort que quelques semaines plus tard. ...J'étais de plus en plus perplexe face à l'annonce décrétant que le décès de Toutankhamon était dû à une fracture de la jambe.
James Patterson & Martin Dugard - Qui a tué Toutankhamon ?
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 09 avril

Contenu

Beau livre - Policier

Chronique du crime

Assassinat - Faits divers MAJ mardi 27 octobre 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 34,95 €

Dominique Rizet & Arnauld Dingreville
Paris : Chronique, 0000
256 p. ; illustrations en couleur ; 30 x 24 cm
ISBN 978-2-36602-535-4

Sang pour sang

Ce titre, avec en sous-titre "Meurtres, assassinats, exécutions... Une chronique de la nature humaine" se présente en un grand et beau livre imprimé sur un papier épais très agréable et mat, richement imprimé en deux colonnes et enrichi de nombreuses illustrations puisant dans les sources habituelles (journaux, pièces à conviction, croquis d'audience, photos de presse), mais aussi dans les affiches et photos de cinéma. "Cette chronique s'attache à décrire l'évolution des comportements criminels à travers le récit de certaines affaires les plus révélatrices de l'histoire et surtout et à les situer dans leur contexte social, parfois politique" préviennent les auteurs qui se défendent d'avoir écrit "une encyclopédie" ou "une simple compilation". Impossible de citer toutes les affaires, il semble que, de l'Affaire Caïn-Abel à celle de Charlie Hebdo, elles y soient toutes ! Mais, hélas, impossible de les retrouver rapidement car il n'y a pas de sommaire détaillé, ni d'index. Ce qui est un peu brouillon. Est-ce un détail anti-encyclopédique ? Sans doute. Mais cela n'implique pas que l'on se retrouve dans une chronique car la masse importante des affaires traitées individuellement limite de fait un développement annexe sur la société du moment. Heureusement, le judicieux épilogue intitulé "Le crime, un intérêt à la hausse et une action à la baisse" parvient pourtant à boucler ce tour d'horizon d'une élégante façon statistique. Tout est classé chronologiquement jusqu'au XIXe siècle et thématiquement ensuite, ordonnant ainsi un vague déséquilibre structurel. Inutile de citer la litanie des vedettes : les grandes têtes d'affiche sont là, de Gilles de Rais à Mme Caillaux en passant par Elizabeth Bathory, le Courrier de Lyon, Marie Lafarge, Troppmann, les auteurs ne dédaignant pas l'étranger avec Billy the Kid, Al Capone, Bonnie and Clyde. Pour le XXe siècle, retenons les affaires plus récentes et forcément moins traitées. Par exemple : dans le chapitre thématique "Tueurs de masse et enragés" voici Richard Durn, le tueur du conseil municipal de Nanterre en 2002, David Hotyat l'exécuteur de la famille Flactif du Grand Bornand en 2003, Youssouf Fofana du gang des "Barbares", Anders Breivik, le Norvégien qui a tué 77 personnes et blessé 151 autres en juillet 2011, Mohamed Merah puis les frères Kouachi et Amedy Coulibaly. C'est donc un vaste tour d'horizon qui balaie les sectes, les groupuscules politiques comme la Bande à Baader, les massacres (Columbine), les enfants tueurs etc.
Voilà donc un bel ouvrage idéal pour faire un tour de la question criminelle et se rafraîchir la mémoire grâce à un style clair et précis, des textes aérés de longueurs diverses. Sa plus grande valeur est donc aussi d'inclure ces récentes affaires (de Ligonnès, l'adjudant Chanal, Dutroux, Treber, Sophie Toscan du Plantier, le Pasteur Doucé, Marc Machin, André Kaas, Roland Agret, les frères Jourdain...) devenues des sujets de prédilection dans les émissions judiciaires. Sans oublier les crimes conjugaux tordus comme celui de Nicole Zawadski qui, en 1998, parvient, à force de mensonges et de mises en scènes incroyables, à faire empoisonner son mari militaire par son médecin de famille devenu son amant !

Citation

Le colonel Morel (et le médecin légiste) repartent sur place, en forêt, à l'endroit où a été découvert le cadavre. Après maintes précautions, le larynx du Pasteur est retrouvé dans la terre.

Rédacteur: Michel Amelin mardi 27 octobre 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page