Cannibal Tour

Le Livre du roi survivra à nous tous. Ce n'est pas nous qui le conservons, c'est lui qui nous conserve.
Arnaldur Indridason - Le Livre du roi
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 18 novembre

Contenu

Roman - Policier

Cannibal Tour

Humoristique - Tueur en série - Crépusculaire MAJ vendredi 13 novembre 2015

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15 €

Anouk Langaney
Ajaccio : Albiana, novembre 2014
290 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-8241-0590-1
Coll. "Nera"

Le cru, le cuit et le saignant

Anouk Langaney nous convie à la rencontre du peuple Grahoré, ou plus exactement à ce qu'il en reste, dans une belle confusion identitaire mais dans un paysage paradisiaque, avec volcan, lagune et mer émeraude. Le tout en plein royaume du Khirinopoyé, qui se meurt loin de tout, à survivre davantage des allocations que de la pêche. Il faudrait pouvoir booster l'offre touristique, entreprendre avec audace, avec plus d'intelligence en tout cas que ne le fait leur "chef" attitré, balançant entre un marketing de pacotille et le ré-enracinement falot d'un peuple de toute façon disparu dans des traditions oubliées de tous... On se meurt donc dans l'archipel des Centaurides, et l'on finit par mourir vraiment sur l'île de Khaya-Re, en territoire français, où l'on découvre un jour les cadavres de deux jeunes gens, éviscérés : on les a cuisinés ! L'affaire fait grand bruit, traverse à la nage ou peu s'en faut les océans pour faire la Une des news parisiennes. Toute la population autochtone est sur le pied de guerre : on tient là déjà de quoi faire parler de l'île ! Qui se rappelle son passé anthropophage, ces temps bénis de nouveau où les anciens cultivaient avec talent leurs rituels cannibales gastronomiques. Tous flairent la bonne affaire. Faudrait presque que ça ne s'arrête pas et de fait, les rivalités et les jalousies aiguisées, on va beaucoup tuer et manger désormais : tout est bon dans l'humain... Que faire de mieux en effet que d'ouvrir un tour operator cannibale ? Dans la foulée des meurtres, un contrat est signé, emblème des temps présents, qui font fortune de tout. Peinture d'une société moche et mesquine, cette comédie policière d'Anouk Langaney est servie par une écriture réjouissante, toujours sur un fil virtuose.

Citation

Cuisiner un individu de tempérament sanguin incite, instinctivement, à travailler la viande en lui conservant toute sa saveur par une cuisson brève.

Rédacteur: Joël Jégouzo lundi 09 novembre 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page