La Spirale de la mort

- On n'est pas en Sicile... on est en Wallonie... - Et alors ? - Alors ça est la guerre...
Sokal - Le Voyage des cendres
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 20 juin

Contenu

Roman - Policier

La Spirale de la mort

Social - Sportif - Procédure MAJ mardi 17 novembre 2015

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Leena Lehtolainen
Kuolemanspiraali - 1997
Traduit du finnois par Anne Colin du Terrail
Montfort-en-Chalosse : Gaïa, avril 2015
318 p. ; 24 x 15 cm
ISBN 978-2-84720-593-0
Coll. "Polar"

Une spirale bien exécutée

Le cadavre d'une jeune fille de seize ans, Noora Nieminen, étoile montante du patinage artistique finlandais, est découvert par une mère de famille, Kati Järvenperä, au retour de ses emplettes, dans le coffre de sa voiture garée dans le parking d'une grande surface. Elle avait certes omis de la verrouiller, estimant qu'elle était trop vieille et ne contenait rien de nature à attirer les voleurs. C'est tout de même un choc pour elle que ce colis inattendu et désagréable. C'est bien entendu Maria Kallio, l'inspectrice chère à l'auteur, qui est chargée de l'enquête et la raconte à la première personne. L'arme du crime est vite retrouvée : il s'agit des patins de la victime. Il convient donc d'interroger en priorité son entourage, jeunes collègues et entraineurs, parmi lesquels les motifs de friction ne manquent pas. Il y a même un suspect tout désigné en la personne de Vesku Teräsvuori, roi du karaoké à la réputation sulfureuse, pour qui la mère de Noora a quitté un temps son mari. Mais il dispose d'un solide alibi. Et aussi Ulrika Weissenberg, l'entraîneur qui s'est disputée avec Noora peu avant sa mort et a laissé un bout d'ongle dans ses cheveux. Bref, un petit monde du sport-spectacle traversé par les jalousies et les rivalités. Et, comme souvent dans les polars, un meurtre en entraîne un autre. L'enquête se poursuit avec les méandres habituels, gages d'une certaine véracité, la narration à la première personne ne faisant bien sûr que renforcer cette impression. Étant donné le milieu très limité dans lequel elle a tourné, le dénouement ne pouvait guère offrir une surprise de taille. On regrettera plutôt qu'il sacrifie à la mode d'un affrontement final qui détonne un peu par rapport à la sobriété du reste du roman.
La touche d'originalité est apportée par le sexe de l'enquêtrice, qui est enceinte. Sa grossesse tient une large place dans le livre, l'auteur n'épargnant aucun détail à ce sujet et allant jusqu'à une scène finale d'accouchement qui a tout du manuel d'obstétrique – sans doute pour l'édification de lecteurs masculins auxquels est offert un bon rapport qualité-prix, sous ce rapport. Ce dont on peut aussi féliciter Leena Lehtolainen, c'est de ne pas tenter de rivaliser avec ces innombrables "Reines de polar nordique" (combien à ce jour ?) qui s'estimeraient déshonorées de ne pas larder leur produit de rebondissements et coups de théâtre au rythme d'un par chapitre, de complots informatico-politiques planétaires, de mystérieux coupables qu'on suit pas à pas grâce à un "il" ou "elle" anonyme (bref, toutes les recettes "incontournables" du polar vendu à tant de millions d'exemplaires et traduit dans toutes les langues du monde – sauf l'inuit, quand même). Nous avons ici une enquête assez simple et narrée simplement dans ses innombrables hasards et hésitations. Qu'on nous permette de trouver cela à la fois plus convaincant et moins... fatiguant.

Citation

Existait-il un meilleur système ? Je n'avais pas le courage d'y réfléchir et je suis une fois de plus allée réexpédier un type derrière les barreaux pour quelques mois.

Rédacteur: Philippe Bouquet mardi 17 novembre 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page