Autopsie d'un hexagone

Lorsque la porte extérieure s'ouvrit devant nous, je la passai sans rien ressentir pour les hommes qui venaient de mourir. Plus rien de ce qu'il y avait derrière moi n'avait d'importance- tout ce qui comptait était devant.
Dan Smith - Hiver rouge
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 04 avril

Contenu

Roman - Policier

Autopsie d'un hexagone

Social - Tueur en série - Religieux MAJ mardi 17 novembre 2015

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Léonard Taokao
Rennes : Goater, octobre 2015
246 p. ; 20 x 15 cm
ISBN 978-2-918647-49-2
Coll. "Goater noir"

Quelques jours en France

Un tueur en série frappe sur les bords de la Vilaine, semant des corps d'enfants mutilés abandonnés sur des barques, cadavres assortis d'un drapeau noir frappé d'une croix celtique. Des enfants, tous maghrébins... L'ultimatum du tueur est clair et net : tous les arabes doivent quitter la France sous peine de voir massacrer leurs enfants. Sonia Ruellan, la journaliste d'Ouest-France à qui l'affaire a donné une éphémère minute de gloire, et le capitaine Luciano, dépêché d'urgence pour résoudre cette même affaire, sont sur les dents. Car si la bête immonde relève la tête, elle n'est que le symptôme d'une société malade. Et ce n'est que le début...
Il est toujours agréable de voir un petit éditeur commencer à se faire un nom. Après l'excellent 600 coups par minute, de Frédéric Paulin, ce deuxième roman de Léonard Taokao est une réussite de plus. S'il faut passer sur ce titre zemmourien, le tout prend un postulat de thriller industriel pour faire s'agiter toute une comédie humaine autour de ce drame : journaliste, flics, peste brune, SDF, victimes directes ou indirectes, et dommages collatéraux se succèdent à un rythme effréné. Si certaines pages sont tellement réalistes qu'on les croirait sorties de la presse et non d'un roman, c'est que le postulat de base est respecté. Et à travers tout ça pointe ce qui manque à bien des auteurs : une vision du monde assez cynique, à l'image de cette conclusion glaçante et lucide à la fois, qui pourrait faire de l'auteur le digne successeur de Pierre Siniac. Bien sûr, c'est à trouver dans la petite pile au fond à droite, bien planquée derrière les têtes de gondole. Mais cela vaut la peine d'aller y fouiller...

Citation

Luciano détestait les curés de ce genre. Ceux qui se cachaient derrière la parole d'un barbu aux cheveux longs pour dégueuler des paroles qui étaient tout le contraire du message initial.

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 17 novembre 2015
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page