Les Disparus de la source

Il réfléchissait, réfléchissait, à en avoir une barre dans la tête. Il reprenait depuis le début des raisonnements qui aboutissaient à des conclusions différentes et, chaque fois, un argument revenait, lourd de conséquences : il lui restait exactement quatre-vingt-douze francs cinquante en poche !
Georges Simenon - Cour d'assises
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 24 juin

Contenu

Roman - Policier

Les Disparus de la source

Énigme MAJ lundi 28 septembre 2009

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Inédit

À partir de 10 ans

Prix: 9 €

Nicolas Bouchard
Paris : Mango jeunesse, septembre 2009
254 p. ; 20 x 13 cm
ISBN 978-2-7404-2548-0
Coll. "Chambres noires", 1

La première enquête d'Augustine Lourdeix

Le roman débute sur le site de Stonehenge où la tentative d'un charlatan, pour soigner une jeune femme, échoue. Même si elle n'aime pas cette période, Augustine est en vacances. Toute la famille quitte Limoges pour une maison perdue dans un hameau, sans autre possibilité, pour continuer à s'instruire, que les quelques livres qu'elle a emportés. De plus, il lui faut supporter son jeune frère et Anthime, son cousin, d'un an son aîné, qui se moque d'elle. Pourtant, depuis l'an dernier, il a évolué et devient fréquentable. Comme il la juge originale, (elle passe son temps à lire) il veut lui montrer quelque chose de plus original. Dans le village voisin, ils assistent à l'arrivée d'un étrange personnage vêtu comme : "... un maharadja sorti tout droit des illustrations d'un roman de Jules Verne". Celui-ci descend d'une voiture sans chevaux et se présente à l'aubergiste comme le Sâr Péladan. Au cours d'une promenade, Augustine découvre au loin le mont Gargan, "un lieu chargé de mystères", lui dit son cousin. En revenant, ils apprennent que Gabriel, un enfant qui avait aidé à préparer la maison pour leur arrivée, n'est pas rentré depuis deux jours. Il ne semble pas être le seul dans ce cas, d'autres disparitions ont déjà été signalées. Le lendemain, les parents d'Augustine autorisent les deux cousins à aller pique-niquer sur le mont. En cours de route, ils aperçoivent quelqu'un qui les précède. Prenant un raccourci malaisé, ils se cachent au bord du chemin et voient passer le Sâr. Au sommet, ce dernier déclame des vers étranges, puis disparaît. Augustine en cherchant dans les fourrés l'endroit où il a pu passer, trouve une casquette qu'Anthime reconnaît comme celle de Gabriel. Ils concluent immédiatement qu'il est mêlé à la disparition des enfants et décident de le surveiller. Mais les choses ne sont jamais si simples...
Les Disparus de la source portent le dossard numéro 1 de "Chambres noires", la nouvelle collection des éditions Mango. C'est Nicolas Bouchard qui inaugure la série avec un roman se déroulant en 1895. Il appuie son intrigue sur les aventures d'une jeune héroïne intrépide, sur l'histoire du mont Gargan, sur des personnages sulfureux comme "l'abbé Boullan" et sur l'ordre des Rose-Croix. Il choisit de mettre en scène, pour cette société secrète et mystique, Joséphin Péladan et Érik Satie. Il aurait pu prendre Claude Debussy, un autre compositeur, rosicrucien également. Il reprend des éléments réels et historiques pour nourrir sa fiction et imagine une histoire fort bien articulée pleine de mystères, de tension et de coups de théâtre. Son héroïne fait merveille, n'hésitant pas à se mettre en danger pour découvrir la vérité et sauver les enfants enlevés.
Nicolas Bouchard introduit la réalité de l'époque, comme les restrictions culturelles imposées aux filles, tant dans leur vie sociale que personnelle. La politique éducative de L'Instruction publique (L'Éducation nationale de l'époque) considérait que les filles étaient moins intelligentes que les garçons. Elle concoctait donc des programmes structurés pour en faire des mères de familles soumises à leur mari.
Pour l'heure, Augustine a douze ans. Les lecteurs familiers de l'œuvre de Nicolas Bouchard ont déjà eu l'occasion de la rencontrer, devenue adulte et institutrice. Elle est l'héroïne de quatre romans parus chez Flammarion où l'auteur, à travers différentes affaires où la jeune femme est mêlée, décrit le Limoges de début du XXe siècle, avec l'émergence des industries de la porcelaine.
Les Disparus de la source donne-t-il le ton de la série ? Je le souhaite, car ce roman à l'intrigue bien ficelée, au thème attractif, servi par une écriture de caractère, est très plaisant à découvrir.

Citation

Même si tu possèdes la même intelligence que lui, le monde qui t'entoure ne peut admettre cet état de fait. Aux yeux de tous, tu restes une fille, c'est-à-dire qu'on attend de toi d'autres capacités, une autre manière de voir les choses, un autre caractère que celui de ton frère.

Rédacteur: Serge Perraud lundi 21 septembre 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page