Le Triomphe de César

Ils sont trois à descendre en bout de ligne. Les barres d'immeubles sont posées comme des pâtés sur un terrain où plus rien ne pousse. Il y a deux options pour ce type de bâtisses : les dynamiter ou les repeindre en rose. Ici, ils ont choisi de laisser pisser. Vieille de quinze ans, l'adresse ne peut plus être la bonne parce que la première chose que doivent faire les gens quand ils arrivent ici, c'est tout ce qu'ils peuvent pour se tirer
Jacques Bablon - Jaune soufre
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 24 janvier

Contenu

Roman - Policier

Le Triomphe de César

Historique - Assassinat - Complot MAJ mardi 12 janvier 2016

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 7,8 €

Steven Saylor
The Triumph of Caesar - 2008
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Hélène Prouteau
Paris : 10-18, novembre 2015
312 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-264-06608-4
Coll. "Grands détectives", 5010

César en danger

Gordianus, surnommé Limier, est convoqué par Calpurnia. Il vient de rentrer d'Égypte alors que tout Rome le croyait mort. Elle l'a fait venir car les prédictions de son haruspice et la teneur de ses cauchemars vont dans le même sens : César est en danger, en grand danger. Celui-ci prépare les fêtes qui vont accompagner ses triomphes, quatre processions grandioses. S'il s'est débarrassé de ses principaux ennemis comme Pompée, Caton, Ahénobarbus... il s'en est fait de nouveaux, tout aussi déterminés. Gordianus, bien qu'il ne soit pas partisan de César est contraint d'accepter. Peut-on refuser quelque chose à l'épouse du dictateur ? Elle lui demande de reprendre, à partir des rapports écrits par l'homme auquel elle avait déjà fait appel, les pistes qui ont conduit à son assassinat. Cet homme, c'est Hiéronymus un ami de Limier, qu'il a connu alors que ce dernier était le bouc émissaire de Massilia. Commence alors, pour le détective, un parcours mouvementé qui le mène de complot en complot, non pour protéger César, mais pour venger son ami.
Actuellement, aux États-Unis, la série compte quinze romans. Le Triomphe de César, paru en 2008, est le dernier opus en date. En France seuls deux autres romans ont été traduits par les éditions 10-18. Sous le titre générique de Roma Sub Rosa, Steven Taylor relate les investigations de Gordianus The Finder et raconte ainsi une histoire secrète de la Rome antique. Dans ce livre, l'auteur développe les événements, les situations, les liens et les tensions que suscite le retour de César, ayant pris le titre de dictateur, après des années d'absence, années passées dans des conquêtes de toutes natures, y compris sentimentale lors de sa liaison avec la belle Cléopâtre.
Avec Steven Saylor c'est la Rome du pouvoir, c'est la Rome du peuple qui revit sous les yeux du lecteur. Il anime une galerie de personnages authentiques, replacés en situation, et nourrit une intrigue attractive avec des éléments historiques de première classe. Il puise dans les textes des auteurs de l'époque, explore de façon rationnelle les indications données par ces rédacteurs, s'appuie sur les récits littéraires et les collections d'antiquités pour restituer une atmosphère la plus proche possible de la réalité. Il donne des précisons fines comme, par exemple, le recensement des batailles rangées menées par César qui en était, en 46 av. J.-C., à cinquante avec la probabilité qu'elles aient fait un million cent quatre-vingt-douze mille morts. L'auteur, fasciné par la complexité du personnage de César transmet si bien cette attirance qu'il donne envie de se plonger dans l'histoire de cette époque pour en découvrir plus.
Le Triomphe de César se lit avec passion tant l'érudition de Steven Saylor est fascinante. On ne peut que regretter de ne pas disposer, en langue française, de la totalité de la série.

Citation

Des rêves, des divinations, la mort ! Tout dans cette affaire m'inspire de la méfiance. En dépit du respect que je te dois, Calpurnia, je décline ton offre. Je refuse d'être mêlé à ça.

Rédacteur: Serge Perraud dimanche 03 janvier 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page