Caminar

Elle est à quatre pattes au milieu de la meute, fragile et nue, déchirée de sanglots. Son père la maintient par les cheveux. Elle s'appelle Kimy. Ce soir, on fête ses quinze ans.
Mattias Köping - Les Démoniaques
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 23 mars

Contenu

Roman -

Caminar

Social - Braquage/Cambriolage - Road Movie - Prise d'otage MAJ jeudi 07 janvier 2016

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 12 ans

Prix: 13,95 €

Dominique Chappey
Paris : Oskar jeunesse, novembre 2015
218 p. ; 21 x 13 cm
ISBN 979-10-214-0399-4
Coll. "La Vie"

La gloire de mon grand-père

Pierre "Peiròt" vit à Pau avec sa mère et son grand-père pour le moins excentrique, amateur d'Internationale, de chocolatines, de montagne et couvant sa 4L adorée. Seulement, en cet été, il y a le père de Peiròt et sa rage inextinguible contre l'humanité toute entière qui finit par exploser, l'envoyant commettre l'attaque d'un fourgon blindé. Durant sa cavale, alors que Pierre doit quitter le collège, son ombre plane sur la maisonnée, et plus rien ne sera comme avant...
Il y a longtemps que la littérature dite "jeunesse" n'est plus un ghetto maintenant qu'elle s'est débarrassée de ses atours poussiéreux. Certains livres publiés sous cette étiquette n'ont rien à envier à des romans dit "adultes". Les Harry Potter n'ont-ils pas séduit tous les âges ? Ce milieu n'est-il pas en réinvention constante ? D'où ce roman de Dominique Chappey, nouvelliste réputé qu'on avait découvert avec J'avais la croix, un "Poulpe" absolument délicieux. Peut-on parler de confirmation pour un deuxième roman ? Mais quel roman ! Il évoque de par son minimalisme narratif la Marie Neuser du superbe Un petit jouet mécanique. Il convoque également les mânes d'Henri Bosco, de Pagnol, voire du "Petit Nicolas" et de toute cette littérature jeunesse (ou plutôt traitant de la jeunesse, ce qui est tout autre chose) qui a oublié de prendre les enfants pour des débiles. Certes, stricto sensu, il ne se passe pas grand-chose dans ce roman suivant la structure classique de l'apprentissage de l'âge adulte : c'est oublier que, loin du sturm und drang, l'auteur préfère la petite musique des jours d'enfance, l'évocation du quotidien, et surtout la magie de la montagne qui a droit à des pages magnifiques. Que dire du style qui a l'élégance de la simplicité, mais sait aller droit au cœur ! C'est littéralement un roman qui se savoure, qui prend aux tripes, émeut et pourrait bien devenir un futur classique. En tout cas, Dominique Chappey prouve déjà qu'il est un auteur sur qui il faudra compter. On dit bravo.

Citation

Je n'aime pas l'école. J'aime apprendre. J'aime découvrir, écarquiller les yeux et puis les fermer le soir plus riche qu'au matin. J'admire celui qui sait et est capable de partager son savoir. Mais je n'aime pas l'école.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 07 janvier 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page