Wonder Lover

Je m'appelle Josey Kowalsky et en me regardant observer les cercueils de ma femme et de ma fille, mon père comprend.
Mehdy Brunet - Sans raison...
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 21 août

Contenu

Roman - Noir

Wonder Lover

Social MAJ lundi 11 janvier 2016

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Malcolm Knox
The Wonder Lover - 2015
Traduit de l'anglais (Australie) par Patricia Barbe-Girault
Paris : Asphalte, janvier 2016
311 p. ; 20 x 15 cm
ISBN 978-2-918767-56-5
Coll. "Fictions"

Australian Lover

John Wonder n'a pas d'odeur. John Wonder n'est pas spécialement beau. John Wonder passe inaperçu, tout le temps, il est insignifiant, anti-héros parfait. Mais il a une femme avec qui il a eu un fils et une fille dénommés respectivement Adam et Evie. Et ce n'est pas tout : pour son métier, il est amené à voyager à travers le monde. Et dans un autre pays, sur un autre continent, John Wonder a une autre femme avec qui il a eu un autre fils et une autre fille dénommés respectivement Adam et Evie. Et ce n'est pas tout : pour son métier, il est amené à voyager beaucoup à travers le monde. Et dans un autre pays, sur un autre continent, John Wonder a une troisième femme avec qui il a eu un autre garçon et une autre fille dénommés respectivement Adam et Evie. Trois femmes, six enfants et une vie malgré tout réglée par une routine et une succession de petites habitudes. Son métier ? Il est expert en records. C'est à lui que revient la charge de vérifier leur validité. Et parmi ces records, l'un d'eux lui tient particulièrement à cœur : celui de la plus vieille femme du monde qu'il visite chaque année afin de vérifier avec un médecin que son cœur bat toujours. Une visite qui lui permet de valider un deuxième record : celui de la plus longue résidence surveillée, celle d'un homme dont le père avait acheté en viager la maison de la doyenne de l'humanité et qui n'a jamais caché ses envie de la voir mourir.
Inutile de préciser qu'aucune des familles de John Wonder n'a connaissance de l'existence des autres, ses déplacements offrant de parfaits alibis à sa triple vie. Et tout cela aurait pu durer longtemps encore si l'expert en records et mesures en tous genres n'avait pas rencontré celle qu'il estime être la plus belle femme du monde et s'il n'en était pas tombé éperdument amoureux.
Le cadre est bien posé. Particulièrement bien posé. Après Shangrila, l'un des meilleurs livres de ces dernières années, la deuxième traduction française de Malcom Knox (toujours menée par Patricia Barbe-Girault) était particulièrement attendue. Si le roman est très différent, on y retrouve le thème de l'obsession (celle des faits, des chiffres et de la mesure de la vérité remplaçant celle du surf) et un choix narratif déroutant. Nous ne sommes pas cette fois dans l'esprit tortueux d'un champion de surf schizophrène mais dans celle de l'un des enfants du sextuple père... ou dans celle de ses six enfants à la fois. Le "nous" remplace le "je" et, quand il est question de l'une des trois femmes de John Wonder, le narrateur privilégie un "notre" mère à un "ma" qui aurait été plus évident. Et c'est cette manière de nous dérouter qui fait toute la force des romans de Malcolm Knox. Si Wonder Lover est certainement moins marquant que Shangrila, il n'en demeure pas moins une nouvelle prouesse.
Un roman plus sombre qu'il n'y paraît au premier abord, plus tendre également avec un anti-héros dépassé par les évènements. L'humour y est permanent et le lecteur se laisse entraîner dans cette étrange aventure qui évite les écueils d'un simple Vaudeville.

Citation

Il était vraiment en train de devenir un vieux chnoque, comme il l'avait toujours soupçonné : c'était le destin qui lui pendait au nez et qu'il accueillait à bras ouverts, comme un idiot.

Rédacteur: Gilles Marchand samedi 09 janvier 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page