Le Festin des fauves

Une blonde aux traits fins, genre poupée Barbie, élancée, la trentaine, vêtue d'un tailleur noir de grande marque. Barnier n'osait pas imaginer ce qu'elle portait dessous. Il avait toutefois une idée sur la question, ce n'était pas du collant et de la lingerie de premier prix.
Richard Philippe - Mortelles rencontres
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 24 janvier

Contenu

Roman - Policier

Le Festin des fauves

Vengeance - Corruption MAJ jeudi 28 janvier 2016

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Dominique Maisons
Paris : La Martinière, novembre 2015
540 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-7324-7492-2

Poison lent

Au bal libertin le plus select de la capitale, l'organisateur (notable corrompu) tombe soudain raide, terrassé par un poison violent. Il ne le sait pas mais il est surtout la troisième victime de celui qui se fait appeler "Judex", d'après le personnage de justicier en cape noire du roman-feuilleton de Louis Feuillade et Arthur Bernède. Un justicier qui semble tout savoir de la haute société et de ses turpitudes plus ou moins étouffées... Pour le commandant Rossi, l'affaire est complexe, d'autant que ses supérieurs nient jusqu'à l'existence de ce satané "Judex". Lucie, une escort-girl SM qui recherche pourtant son amour disparue, détient peut-être la clé du mystère : n'est-ce pas elle qui a servi la boisson mortelle à son hôte ? La jeune femme est elle-même soudainement pourchassée. À ce canevas, il importe d'ajouter un marin pilleur d'épaves qui échappe à des tueurs.
La figure du justicier solitaire fascine depuis la nuit des temps, surtout depuis les romans d'Alexandre Dumas. Le Festin des fauves est cette variante réadaptée pour notre époque des actes d'Anonymous et autres lanceurs d'alerte. Le moins que l'on puisse dire est que le roman de Dominique Maisons ne manque pas d'intérêt, d'autant qu'il a opté pour le grand spectacle, suivant le retour actuel du genre dur à cuire. Ce festin est avant tout un ballet de fusillades, d'explosions et de courses-poursuites qui ne sacrifie pas pour autant les personnages. Que du bon donc ? Hélas, il y a cette éternel besoin compulsif de noircir de la page... On aimerait voir Dominique Maisons nous proposer cette même intrigue de façon plus resserrée. Là, chaque scène semble étirée au maximum selon les pires recettes du best-seller formaté à la Dean Koontz, et le rythme s'en ressent cruellement jusqu'à une conclusion étrangement expéditive (mais pas bâclée).

Citation

Ce 'Bal des fauves' sera le plus beau qu'il ait organisé, et celui qui lui aura coûté le plus cher. Sans regrets, car il sait qu'être l'organisateur du bal libertin le plus prisé et le plus select de la capitale lui apporte bien plus en influence, réseau et obligés que toute autre mondanité, même plus coûteuse.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 28 janvier 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page