Prendre Gloria

Convaincu qu'en tout capitaliste sommeille un assassin, il n'était jamais autant dans son élément que lorsqu'il pouvait clouer au pilori un citoyen au-dessus de tout soupçon.
Pieter Aspe - Les Masques de la nuit
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 17 septembre

Contenu

Roman - Thriller

Prendre Gloria

Disparition - Faits divers MAJ mardi 02 février 2016

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Marie Neuser
Paris : Fleuve, janvier 2016
410 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-265-11452-4
Coll. "Fleuve noir. Thriller"

Elle s'appelait fait divers

Le nouveau roman de Marie Neuser est en fait la seconde partie du diptyque commencé avec Prendre Lily, toujours tiré d'un fait divers (ce qui donne des doutes sur le genre du roman qui pourrait s'apparenter à la fameuse non fiction américaine). L'intrigue dévoile les premiers exploits de Damiano Solivo, coupable idéal et fétichiste des cheveux, avant son arrivée en Angleterre et les faits relatés dans Prendre Lily. Un parti-pris non sans ambivalence, puisque d'une certaine façon, s'il ne s'agit pas d'un prequel commercial comme Hollywood en a le secret, on sait à peu près la suite des événements. Mais autour de la disparition, puis de la découverte du cadavre de la jeune Gloria Pratts douze ans plus tard, il s'agit moins de décrire une obsession de la recherche de la vérité, comme dans Prendre Lily, mais pour Marie Neuser de s'attacher à tout un enchaînement de lâcheté ordinaire, de coïncidences, de faux et vrais indices, de témoignages alors que la riche et influente famille du fétichiste vole à son secours. Pour les mauvaises raisons, apprendra-t-on en cours de route, Damiano Solivo est comme souvent autant victime que bourreau. Bien sûr, on peut toujours se demander quelle est la part de vérité dans ce récit de création d'un monstre ordinaire, mais la fin, glaçante, prouve que la vérité reste aveugle et qu'il planera toujours un doute vis-à-vis de ce coupable trop beau pour être honnête. En revanche, la forme - emmêlant les points de vue, interrogatoires, dialogues, etc. (sans aucune description ou note d'atmosphère, selon la doxa actuelle) -, rend le tout parfois un peu rebutant, surtout sur quatre cents pages. Mais Marie Neuser a le grand mérite d'oser sortir du chemin balisé du thriller industriel avec un roman qui hésite entre le docu criminel et le polar - et ce au risque de perturber son public.

Citation

Le pays tout entier connaissait Mamma Giuseppina. D'ailleurs, personne ne disait 'Giuseppina Pratts' ou 'Mme Prats', elle était Mamma Giuseppina pour une nation entière. Elle était devenue l'icône des mères en deuil, des combattantes pour la justice et la vérité ; si familier, son visage, qu'il aurait pu remplacer celui des Madones. Non pas Madone à l'Enfant, mais Madone de Piéta étreignant le vide car elle n'avait aucun corps à bercer.

Rédacteur: Thomas Bauduret mardi 02 février 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page