La Mondialisation criminelle

Alerte à toutes les voitures, alerte à toutes les voitures. Recherchons une banque volée, environ quatre mètres de haut, bleue et blanche...
Donald Westlake - Comment voler une banque
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 18 juin

Contenu

Essai - Policier

La Mondialisation criminelle

Économique - Mafia - Drogue - Trafic MAJ mercredi 24 février 2016

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17 €

Alain Tarrius
La Tour-d'Aigue : L'Aube, février 2015
144 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-8159-1147-4
Coll. "Monde en cours"

Poor to poor

L'étude porte sur le renouvellement des circuits et des filières de la prostitution et de la drogue dans l'espace méditerranéen, élargi à la Mer noire, sous la montée en puissance d'une mafia russo-italienne. Une alliance qui a permis à ces deux mafias de se partager un marché fructueux : celui de la gestion des "stocks" et des "flux" prostitutionnels européens, pour l'essentiel. Mafia structurée désormais sur le modèle néolibéral des grandes sociétés multinationales, loin de la vision romantique que le grand public en porte, telle l'iconographie du parrain dans la famille sicilienne. Une mafia travaillant au corps le personnel politique et administratif des États concernés, à travers un lobbying identique à celui que l'on peut croiser dans les couloirs de l'UE, et du clientélisme politique, tout au long de la chaîne d'import/export du crime qu'elle a mise en place, pour la protéger en contribuant à renforcer les discours autoritaires destinés à enfermer les migrants pauvres dans les enclos nationaux... L'étude est construite sur cinq années d'observation des transits drogue/femmes du Caucase aux Balkans, puis des Balkans vers l'Europe, avec une attention toute particulière portée sur le franchissement de la frontière franco-espagnole du Perthus, qui paraît être le nœud où toutes les connexions aboutissent. Attention qui conduit Alain Taurrius, son auteur, à une analyse spectaculaire de la transformation massive de la morphologie de villes comme Perpignan ou Barcelone sous l'effet de ces trafics. Si l'Espagne y est désignée comme la plaque tournante de la marchandisation boursière des femmes en Europe, avec la bénédiction du personnel politique, façonnant ce pays en Eldorado européen de la prostitution, avec La Jonquera aux avant-postes à la fois du transport de ces "stocks" via les camionneurs internationaux et du blanchiment d'argent via les placements immobiliers légaux, la France y reste fidèle à sa vocation de passage, tous les transits passant par elle... Au centre de ce maillage français : Perpignan, qui sert de vivier prostitutionnel européen (jeunes garçons et jeunes filles), grâce au silence compassé, sinon à la complicité des autorités administratives de la région ! De ce point de vue, l'essai est une bombe, qui révèle les pratiques des milieux institutionnels dans la région de Perpignan, dont la protection de l'enfance (!) et le conseil régional, l'auteur n'hésitant pas, à leur propos, de parler d'entité politique départementale absolutiste... Au fond, l'ouvrage prend à merveille le pouls des dérives du pouvoir politico-administratif en France, dont l'irresponsabilité a dévoyé la vocation. L'étude va bien sûr bien au-delà d'une simple dénonciation politique, tant dans l'explicitation de sa méthodologie que dans son analyse des nouveaux parlers qui traversent l'Europe via ces flux criminels, ou dans l'approche de la gestion de la misère humaine en Europe, voire des formes nouvelles d'auto-gestion que celle-ci a prises...

Citation

La mobilité asservit les étrangers pauvres dans des enclos nationaux.

Rédacteur: Joël Jégouzo jeudi 18 février 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page