Hivernage

Ici, c'est différent de la ville, seul Dieu nous regarde !
William A. Graham - Blood crime
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 20 octobre

Contenu

Roman - Policier

Hivernage

Ethnologique MAJ jeudi 01 octobre 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 16 €

Laurence Gavron
Paris : Le Masque, septembre 2009
268 p. ; 21 x 13 cm
ISBN 978-2-7024-3448-2

Vengeance sanglante

Hivernage est le second roman de Laurence Gavron. Elle vit à Dakar depuis 2002 et vient d'obtenir la nationalité sénégalaise. Alors où peut donc se passer l'intrigue ? Évidemment à Dakar de nos jours, qui plus est pendant la saison des pluies, cette période ou le temps est comme suspendu. Des enfants jouent dans la rue et trouvent un sexe d'homme sanguinolent. Le commissaire Jules Souleymane Faye ouvre l'enquête. Cette dernière le fera voguer de Dakar à Louga. Il va croiser régulièrement le chemin de Léocady, une femme libre, artiste, qui ne pas inaperçue de par sa beauté certes mais aussi de par son fort caractère. Il y a aussi Bokar l'amant de cette dernière journaliste du journal local, et Mariama femme mariée à un homme qu'elle ne voit bah jamais en fait...
La solution de l'intrigue vient assez vite, on se dit que c'est dommage et au fil des pages on comprend ce choix de l'auteur. Le meurtre est un prétexte (plutôt bien tourné) pour nous faire découvrir cette partie du Sénégal, les tabous qui y règnent. La façon de vivre.
Une écriture qui nous prend aux tripes et nous laisse dans un état second à la fin du livre. Un roman avec plein d'interrogations. Il faut plusieurs jours pour atterrir. J'ai eu la même sensation après avoir vu Million Dollar Baby ; cette impression si dérangeante que des horreurs se passent à travers le monde et que nous sommes impuissants. J'avoue j'ai pleuré. Si vous le lisez vous comprendrez pourquoi. On ne peut rester de glace face à "l'hivernage".

Citation

Mariama était une guerrière comme on dit ici pour parler des femmes courageuses et fortes. Mais même les guerrières ont du vague à l'âme. On peut être forte tout en étant perdue, lorsqu'on se retrouve face à soi même.

Rédacteur: Marine Epineuze jeudi 01 octobre 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page