Zazou

Le lac Léman était gris. La neige saupoudrait ses rives, le froid était perçant. Alberto releva son col, enfonça son bonnet et sortit de la gare. Il prit un tramway pour l'université et alla se promener près du lac, dans le parc du Bourget. Son interlocuteur avait insisté pour le rencontrer dans un endroit discret. C'était un professeur de physique russe, qui travaillait à l'université depuis quatre ans. Il connaissait bien le milieu des scientifiques de son pays, et souhaitait garder l'anonymat.
Marc Lenton - Meurtres chez les cordistes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 23 janvier

Contenu

Roman - Guerre

Zazou

Historique - Musique - Terrorisme MAJ mercredi 30 mars 2016

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17 €

Jean Mazarin
Saint-Romain-de-Colbosc : Atelier Mosésu, juillet 2015
276 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 979-1-09-2100-38-9
Coll. "39-45"

Retournement de veste

1942. Les zazous amateurs de swing se retrouvent au bar le Pam-pam tout en évitant ceux que leur uniforme chamarré rendent violents. C'est là que Paul Descamp rencontre la belle Anna Tronska, dont il ignore qu'elle fait partie d'un réseau de résistance. Or Paul est le fils du commissaire Descamp et, à l'heure où se préparent les grandes rafles, le réseau dirigé par un nommé Mésange y voit l'occasion de farfouiller dans ses documents. Paul, arrêté et provisoirement emprisonné à l'immonde camp de Drancy, en sort révolté par le sort réservé à ses concitoyens, oubliant son antisémitisme ordinaire. Par amour autant que résolution, il rejoint alors ces terroristes qui ne sont pas encore résistants...
Survivant de l'ère des forçats de l'Underwood (Avec Georges-Jean Arnaud, Jean-Pierre Ferrière et quelques autres), Jean Mazarin renoue avec une époque qu'il a déjà abordée, tant sous son nom de Jean Mazarin que celui d'Emmanuel Errer - elle lui valut son Grand Prix de littérature policière pour Collabo-song en 1983. L'auteur est toujours vert, car on retrouve toute sa faconde d'authentique auteur populaire dans cette histoire certes classique, mais bien sentie et menée à cent à l'heure où se mêlent sans manichéisme collabos, résistants et la majorité de ceux qui voudraient juste vivre en paix. Le thème des zazous a été rarement traité, prouvant qu'on n'a pas attendus les hippies, les punks et les métalleux pour que la jeunesse mêle musique et uniforme vestimentaire, quitte à s'attirer la haine des gens "normaux". Au passage, en cette époque de "c'était mieux avant", Jean Mazarin en profite pour rappeler quelques petites vérités qui fâchent (ne serait-ce que tout le monde n'était pas résistant, ou tout le monde collabo, selon l'option du roman national choisie, voire la doxa de la politique politichienne). On regrettera juste le défaut traditionnel de certains romans historiques, soit vouloir citer un maximum de célébrités présentes ou futures, mais ce n'est guère rédhibitoire dans ce véritable roman populaire au sens noble du terme. On aimerait bien qu'il connaisse un grand succès, ne serait-ce que parce qu'il le mérite...

Citation

L'inspecteur sourit. En général, les escrocs ne sont pas physiquement dangereux. Suffit seulement de les choper, car ils changent souvent de domicile, de noms aussi, surtout dans une époque où deux et deux ne font plus quatre. Mais il faut avoir de la patience et du flair.

Rédacteur: Thomas Bauduret jeudi 24 mars 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page