Bull Mountain

Le malheureux sans doute, à ce moment, voyait avec terreur flamboyer au-dessus de ma tête une auréole de contraventions.
Marie-François Goron - L'Amour criminel
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 15 décembre

Contenu

Roman - Noir

Bull Mountain

Ethnologique - Drogue - Gang - Rural MAJ mardi 04 avril 2017

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22,5 €

Brian Panowich
Bull Mountain - 2015
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Laure Manceau
Arles : Actes Sud, mars 2016
330 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-330-06061-9
Coll. "Actes Noirs"

Affaire personnelle

Brian Panowich pour son premier roman nous raconte la chute d'un empire né de la contrebande d'alcool frelaté, de la culture du cannabis et de la synthèse de la métamphétamine. L'empire, c'est celui du clan Burroughs qui s'étend à flanc de coteau de Bull Mountain, une montagne boisée qui domine un comté de l'État de Géorgie du Sud. Né en 1949, il est à son apogée en 2015, mais sa chute est imminente. Au départ, il y a la volonté d'un patriarche de bâtir un domaine au sein duquel sa famille ne manquera jamais de rien d'essentiel. C'est ainsi que les Burroughs commencent en toute impunité à traficoter de l'alcool de contrebande avec des alambics disséminés dans la forêt. À la mort du patriarche, revisitant le mythe d'Abel et Caïn, son fils Cooper abat froidement son frère Riley dans le dos sous le regard effaré de Gareth, son enfant à lui. Mais Brian Panowich va bien plus loin que ce qu'il y a dans le mythe d'Abel et Caïn, car Cooper va imposer à son propre fils Gareth d'enterrer son oncle, et ainsi le plonger dans un monde de violence dont il devient acteur. Ce simple fait est symptomatique de ce qu'est le clan Burroughs à savoir un nid de vilénies. La violence engendre la violence, et plutôt que de guider son fils vers la lumière (comme l'on peut s'y attendre dans une relation père-fils), Cooper le pousse vers l'obscurité du Mal. Gareth deviendra à son tour un patriarche absolu et bestial qui engendrera la dernière fratrie d'un clan voué à la disparition. Aujourd'hui, de cette fratrie s'est extirpé ou exclu (c'est selon) Clayton Burroughs devenu shérif du comté, ce qui fait que le clan règne d'un côté et de l'autre de la Loi. Clayton Burroughs c'est le héros de l'histoire, celui qui engendrera un rejeton qui mettra fin à cette malédiction. Seulement, c'est sans compter l'agent Holly, un Fédéral qui a décidé que les agissements des Burroughs devraient cesser. Un homme qui fait de cette chute une affaire personnelle, et pour cause ! L'agent Holly c'est l'héritier bâtard du clan, né d'une relation tarifée d'un soir entre Gareth et sa mère, une pute à jamais défigurée après cette rencontre éphémère. Avec ce premier roman choral et rural, Brian Panowich dresse le portrait de montagnards froids et rugueux animés par une bestialité monstre. Il faudrait remonter à la nuit des temps avant de trouver l'élément déclencheur qui a conduit le clan Burroughs sur les mauvais sentiers des trafics combinés à une violence masculine et machiste. Surtout, il faudrait approfondir le fait que sur quatre générations de trafiquants, les rejetons sont tous des fils au déterminisme déterminé. Enfin, il faudrait expliquer que de génération en génération, la violence engendrée augmente exponentiellement. Ce pompier de métier, pyromane littéraire de vocation, propose un premier roman parfaitement bien maîtrisé au Sud inspiré par un Erskine Caldwell qui aurait côtoyé James Crumley. L'intrigue est limpide sur fond de vengeance aveugle et de trahisons, de fraternité et d'héritage, de foyer et de jusqu'où ira un homme pour défendre ce qu'il estime lui être dû. Le roman est remarquable. Il aurait été implacable si Brian Panowich n'avait pas eu en tête d'écrire une suite. Mais on lui pardonnera facilement à la lecture de Bull Mountain, un roman qui marquera cette année.

Citation

Calme-toi. Je ne t'aurais pas amené jusqu'ici si je pensais que tu courais un danger. J'ai grandi avec ces gens. S'il doit arriver quelque chose, c'est sur moi que ça tombera.

Rédacteur: Julien Védrenne mercredi 20 avril 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page