Le Visage de Satan

La juste vérité interdite : il faut décréter l'état d'urgence, sans l'armée on n'arrivera à rien.
Jean-Paul Ney - Pourquoi ils font le djihad
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 08 août

Contenu

Roman - Thriller

Le Visage de Satan

Fantastique - Hard boiled - Disparition - Secte MAJ vendredi 13 mai 2016

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 11,99 €

Florent Marotta
Nice : Taurnada, décembre 2015
384 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-37258-014-4
Coll. "Le Tourbillon des mots"

Actualités

  • 11/12 Édition: Parutions de la semaine - 11 décembre
    Une fois n'est pas coutume, nous mettrons en avant cette semaine deux mangas. Il faut bien le dire, la quinzaine qui précède les fêtes de fin d'année n'est guère propice à des parutions de fictions. Traditionnellement, décembre est le mois des beaux-livres. Aussi, n'y a-t-il pas cette semaine d'ouvrages de fictions très séduisants. Dans ce contexte, les éditions Pocket tirent leur épingle du jeu en faisant paraître deux "thrillers", de Pierre Hanot et de Pia Petersen, dont vous pouvez découvrir les chroniques écrites à l'époque où ces mêmes romans étaient sortis en grand format. Mais place aux mangas précités. Le premier est très noir avec une ambiance hard boiled héritée des films noirs. Il s'agit du cinquième volet de l'Inspecteur Kurokôchi, de Takashi Nagasaki et Koji Kono chez Komikku. Le second est bien plus classique avec deux héros que les amateurs de littératures policières connaissent bien, Arsène Lupin : l'aventurier. 2, Contre Herlock Sholmes, la lampe juive, de Takashi Morita (Kurokawa). Bien sûr, ils font partie de séries qu'il vaut mieux suivre dès le début...
    Bonnes lectures !

    Fictions adulte grand format :
    Un château en Forêt-Noire, de Fanch Babel (L'Harmattan, "Écritures")
    Mission Trinacria, de Patrick Barbuscia (Presses du Midi)
    L'Anthologie. 1, Alix Karol, de Patrice Dard (Atelier Mosésu)
    Ils ont failli me rendre parano : autobiographie polarisée, de Gérard Gaillaguet (Librecrit, "L'Esprit du sel")
    À la lueur du sang, de Patrice Guirao (Au vent des îles)
    Eau noire avec requins, de Pascal Holtzer (Ex Æquo, "Rouge")
    Pas de caviar pour le chah : polar géopolitique, de André Ratch Labidoire (Édinter)
    Les Courriers de la mort, de Pierre Magnan (Retrouvées)
    Continents engloutis, de Philippe Malaisé (Ex Æquo, "Rouge")
    Chloé, d'Éric-Charles Noël (Poussière de Lune)
    Je suis un monstre, de Keren Nott (Underground)
    Père Elijah à Jérusalem, de Michael D. O'Brien (Salvator)
    Bushido. 2, Yakusas connexion, de Pierre-Yves Tinguely & Claudio Alessi (Fortuna)
    Le Dragon du Muveran, de Marc Voltenauer (Plaisir de lire, "Frisson")

    Fictions adulte poche :
    Le Mystère Saint-Michel, de Pierre Coutant (Les Presses littéraires, "Crimes et châtiments, "Les Enquêtes du docteur Bousquet")
    Fouille au corps, de Emmy Curtis (Milady, "Milday Romance. Suspense. Alpha ops")
    L'Exquise nouvelle : la saison mix and match. 3, Les Aventures du concierge masqué, collectif (Atelier Mosésu)
    Tout du tatou, de Pierre Hanot (Pocket, "Thriller")
    Le Visage de Satan, de Florent Marotta (Taurnada, "Le Tourbillon des mots")
    Traquenards en Oranie, de Philippe Paraire (Les Hibiscus, "Rouge et noire. Une aventure de Leif Trencavel")
    Le Chien de Don Quichotte, de Pia Petersen (Pocket, "Thriller")
    Ça ressemble à un jeu..., de Ursula Poznanski (Pocket, "Thriller")
    Close-up, de Michel Quint (Pocket, "Thriller")
    Les Collines de la chance, de Nora Roberts (J'ai lu)

    Romans & nouvelles étrangers :
    Mission séduction, d'Evangeline Anderson (Milady, "Milady Romance. Slash")
    Échéance mortelle, de Sandra Brown (J'ai lu, "Pour elle. Romantic suspense")
    Une journée d'Ivan Denissovitch, d'Alexandre Soljénitsyne (Robert Laffont, "Pavillons poche")

    Romans & nouvelles français :
    Journal d'une jeune hitlérienne, de Christian Borromée (Apopsix, "Littérature adulte")
    La Contrepartie, de Daniel Fano (Pierre-Guillaume de Roux)
    La Dernière prédiction de la sorcière, de Jean-Georges Marcon (Gascogne)
    Le Problème à N corps, de Catherine Quilliet (Paul & Mike)
    L'Homme qui creusait : récits, de Charles Soh Tatcha (Harmattan Cameroun, "Lettres camerounaises")

    Bandes dessinées :
    Fun, de Paolo Bacilieri (Ici Même)
    Mad love, de Paul Dini & Bruce Timm (Urban comics, "DC deluxe")
    Largo Winch. 20, 20 secondes, de Philippe Francq & Jean Van Hamme (Dupuis)
    XIII. 18, La Version irlandaise : the Kelly Brian story, de Jean Van Hamme & Jean Giraud (Dargaud)

    Mangas :
    Arsène Lupin : l'aventurier. 2, Contre Herlock Sholmes, la lampe juive, de Takashi Morita (Kurokawa)
    Inspecteur Kurokôchi. 5, de Takashi Nagasaki & Kôji Kôno (Komikku)
    Ladyboy vs Yakuzas : l'île du désespoir 4, de Toshifumi Sakurai (Akata)
    L'Île des téméraires. 6, de Shûhö Sato (Kana, "Big Kana")
    Un cri dans le ciel bleu, de Seiho Takizawa (Paquet, "Cockpit")
    Montage. 11, de Jun Watanabe (Kana, "Big Kana")

    Fictions jeunesse :
    Fin de partie à Echo Bay, de Jacqueline Green (Pocket jeunesse, "Grands formats. Territoires")

    Cinéma, télévision & radio :
    Jess Franco ou Les Prospérités du bis, d'Alain Petit (Artus films)

    Art du dessin & caricatures :
    Angelo Di Marco : l'art du crime, de Brendan Kemmet (Steinkis)

    Essais littéraires :
    Bienvenue ! : 34 auteurs pour les réfugiés, collectif (Points)

    Littérature (théorie & études) :
    Le Partage des mémoires : la guerre d'Algérie en littérature, au cinéma et sur le web, de Djemaa Maazouzi (Classiques Garnier, "Littérature, histoire, politique")
    La Filière noire : dynamiques du polar made in Africa, de Désiré Nyela (Honoré Champion, "Francophonies")

    Enseignement & français :
    Les Enquêtes de l'inspecteur Lafouine. 1, Cycle III, de Christian Souchard (Buissonnières)

    Biographies & généalogie :
    L'Enfant oublié, de Joris Serge-Zénon (PatH)

    Histoire de France :
    Deux avocats dans la France occupée : les archives de Joseph Haennig et de Léon-Maurice Nordmann, d'Éric A. Freedman & Richard H. Weisberg (Non lieu)

    Histoire de l'Europe :
    Journal. 2, 11 juin 1940-8 février 1943, de Galeazzo Ciano (Presses universitaires du Midi, "Tempus")
    Manuel de résistance : 1939-1945, de Colin Gubbins (Les Équateurs)
    Irlande 1916 : le printemps d'une insurrection, de Philippe Maxence (Via romana)

    Histoire des autres continents :
    L'AFN dans la Première Guerre mondiale : actes de la journée d'études, 15 octobre 2014 (Riveneuve, "Cahiers pour la mémoire de tous et la mémoire de tout")
    Le Blanc soleil des vaincus, de Dominique Venner (Via romana)

    Régionalisme :
    Monaco sous l'Occupation, de Pierre Abramovici (Nouveau Monde)
    La Vie musicale strasbourgeoise à l'ombre de la croix gammée, de Sandrine Fuss Nikolic (J. Do Bentzinger)

    Politique, conditons et conjonctures politiques & personnages politiques :
    Enquête sur l'État islamique, de Coralie Muller (Le Moment)

    Sociologie :
    Celles de 14 : la situation des femmes au temps de la grande boucherie, de Hélène Hernandez (Libertaires)

    Criminologie & prisons :
    Bandits célèbres, de David Fréchet (Aedis, "Petit guide")
    Jules Durand : un crime social et judiciaire, sous la direction de John Barzman & Jean-Pierre Castelain (L'Harmattan, "Inter-national")
    Liens : Tout du tatou |Le Chien de Don Quichotte |L'Art du crime | Le Trinacrien |Patrice Dard |Pierre Magnan |Pierre Hanot |Florent Marotta |Michel Quint |Angelo di Marco

Vade retro, Abraxas !

Sans doute à cause de ses origines dans le roman gothique, le roman policier a toujours eu des accointances avec le côté fantastique. Tout un sous-genre s'est constitué autour d'énigmes où intervenait le surnaturel, parfois expliqué en fin de roman, parfois laissant le goût étrange d'un monde inconnu et parallèle. Avec Kolchak, puis Twin Peaks et X-Files, cette catégorie particulière a été plus particulièrement mise en avant. Souvent, il est difficile de gérer ce genre d'intrigue car il convient de rester sur une ligne très étroite entre le monde réel et les éléments surnaturels.
Le personnage central de ce roman de Florent Marotta est beaucoup plus dans le concret. Détective privé, il s'intéresse plus aux alcools forts et aux jolies jambes qu'à l'occultisme. Il dégaine plus facilement ses armes que des goupillons, même trempés dans de l'eau bénite. Pourtant, au cours de son enquête, il va se trouver confronté à des situations pénibles où, peut-être, des influences spirituelles s'ajouteront à la cruauté des hommes. Tout commence avec l'arrivée d'une belle fille dans ses locaux qui aimerait qu'il enquête sur la mort mystérieuse de son mari. Un mari qui était visiblement lié à une secte satanique. Y a-t-il un lien avec ces crimes rituels, mis scrupuleusement en scène et diffusés sur Internet qui effraient la France depuis quelques jours ?
Florent Marotta connait ses classiques et notamment Nestor Burma : son personnage de détective un peu borderline, dans une relation amour-haine avec un policier qui peut l'aider dans son enquête, où l'action prime souvent sur la réflexion, s'inscrit dans cette lignée. Le romancier pimente son action avec quelques scènes où les rituels sataniques sont l'occasion de descriptions sadiques ou sexuelles - a-t-il lu les brigades mondaines ? Finalement, l'aspect fantastique et démoniaque disparaît assez rapidement - malgré une ou deux scènes qui laissent penser que l'un des personnages pourrait avoir des pouvoirs démoniaques -, pour laisser la place à une description assez noire et cynique du monde. C'est ainsi qu'après le terrorisme d'ultra-gauche qui voulait montrer le chemin de la révolution, celui de Daech qui entend créer un monde "parfait", voici celui des satanistes qui créent du désordre pour accroître le chaos du monde, un chaos après tout plus logique que le statu quo actuel.
Basé sur un style rapide et nerveux, truffé de références, Le Visage de Satan est un roman dont les pages se tournent à grande vitesse et qui se laisse lire agréablement. Comme tout roman honnête de littérature populaire sans pour autant laisser en mémoire ce petit plus qui caractérise justement les ouvrages de Léo Malet.

Citation

Un hurlement. Là, quelque part, qui se répercutait sur les murs poisseux et humides de la pièce. L'endroit ressemblait davantage à une cave avec ses murs bruts et ses parois voûtées. Puis un râle d'agonie s'étouffa, comme si même la mort prenait plaisir à attendre.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 13 mai 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page