Un trou dans la Toile

Au même instant, son téléphone vibra dans sa poche. C'était Jasper qui le rappelait. 'On a les résultats définitifs des analyses ADN. Ils confirment qu'Anna Kiehl était bien enceinte de Christoffer Holm...'
Inger Wolf - Noir septembre
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 15 décembre

Contenu

Roman - Noir

Un trou dans la Toile

Social - Énigme MAJ vendredi 13 mai 2016

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 8,2 €

Luc Chomarat
Paris : Rivages, avril 2016
270 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-3631-9
Coll. "Noir", 1011

Enquête binaire

Après le truculent Espion qui venait du livre, où il traitait déjà par l'absurde l'existence de ses personnages, Luc Chomarat persiste et signe Un trou dans la toile. L'écrivain se penche sur notre société gangrenée par une hyper-connexion. Pour se faire Thomas, son héros ordinaire, est un créatif décalé dans la publicité en passe d'être licencié parce qu'il n'a pas le dernier i-phone mais un simple Nokia du siècle dernier. On peut ajouter que son troisième mariage (!) bat de l'aile. Thomas, parce qu'il se sent en désaccord avec notre société va être recruté par le ministère des Nouveaux Médias afin de traquer L'Inconnu. Son référant, c'est Buzzati, comme le romancier italien Dino Buzzati, auteur du Désert des Tartares, mais aussi de K. Ici, "K" c'est "X", L'Inconnu, dans ce roman en trois parties qui débute un peu comme un bouquin de George Orwell, qui nous entraîne dès sa seconde partie dans un univers tellement absurde qu'il en devient loufoque et inquiétant, et qui s'achève sur un constat amer et symbolique de notre époque.
Qui est cet Inconnu ? Un être qui n'a ni compte Facebook, ni Carte Bleue, ni compte bancaire, ni occurrence sur Google. Un être intraçable par le commun des mortels, par les marketeurs et par les gouvernants. Un être dangereux, vous l'aurez compris, parce qu'il vit en marge de la société et à contre-courant de cette dernière. C'est alors qu'apparait Axel Valdor, un homme qui a eu l'idée de s'approprier les œuvres des autres en les dénaturant et en les exposant à la Fabrique du Rien (tout un programme). Son chef d'œuvre ? Pamela Grandet. Il a cherché et remplacé "Eugénie" par "Pamela" dans le texte original d'Honoré de Balzac étant lui-même fan de Pamela Anderson... Plus tard, il s'écriera "L'Inconnu c'est moi" paraphrasant Gustave Flaubert pour la plus grande inquiétude de Buzzati. La quête de Thomas va l'amener à côtoyer cet homme pareillement dangereux pour la société mais parce qu'il représente le pendant de L'Inconnu : un être surmédiatisé qui peut noyer les agences gouvernementales sous un flot conséquent d'informations (qui n'en sont pas).
Le roman de Luc Chomarat est truffé de références littéraires et cinématographiques. Il interpelle sur le devenir de notre société. Un courant Off se crée à partir du mythe de L'Inconnu, qui lutte pour une décroissance connectique et fait tellement peur à nos gouvernements qu'il est de facto minoré bien que observé par toutes ses coutures. Le romancier pointe également du doigt l'évidence. Notre société tend à être acculturée et vit le présent à travers le prisme du virtuel. L'important n'est pas tant de faire l'amour, c'est de le filmer, l'important n'est pas tant de connaître Sam Peckinpah, c'est d'être acteur de la nouvelle émission de télé-réalité Finding the Unknown. Le summum étant personnifié par Émile, ce stagiaire qui veut se coder et disparaître dans la Toile. Pour l'heure, faut-il disparaitre des écrans ou les occuper à tel point qu'ils finiront par sauter ? Vaste question...

Citation

Vous être drôle. Vous êtes plus drôle que moi. Méfiez-vous tout de même du sens de la dérision. C'est une arme. Un être évolué doit mettre bas les armes.

Rédacteur: Julien Védrenne vendredi 13 mai 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page