L'Exécuteur. 1, Le Jeu mortel

La quiétude durement acquise s'était subitement dissoute, et la terreur avait repris le dessus. Et si Max venait à l'apprendre ? Jamais, il ne lui pardonnerait. Mais elle ne devait pas penser à ça, rien n'était encore perdu.
Rachel Abbott - Le Piège du silence
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 05 décembre

Contenu

Bande dessinée - Thriller

L'Exécuteur. 1, Le Jeu mortel

Huis-clos - Tueur à gages MAJ lundi 13 juin 2016

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

John Wagner (scénario), Arthur Ranson (dessin)
Button Man. Book I: The Killing Game - 2000
Traduit de l'anglais par Philippe Touboul
Paris : Delirium, mai 2016
96 p. ; illustrations en couleur ; 31 x 23 cm
ISBN 979-10-90916-27-2

C'est grave, docteur ?

L'Exécuteur (Button Man en anglais) est un classique de la bande dessinée britannique paru au début des années 1990 pour la revue 2000 AD. John Wagner, le créateur entre autres de A History of Violence, est au scénario, et Arthur Ranson (Judge Dredd) au pinceau. Les aventures de L'Exécuteur, Harry Exton, ont été publiées jusqu'en 2007, et voici le tome I – Le Jeu mortel -, qui arrive chez nous grâce à l'épatant éditeur Delirium.
Harry Exton est un ancien mercenaire qui vit une retraite paisible dans une ferme aux abords de Londres. Mais le tueur qui sommeille en lui va bientôt être titillé par la rencontre avec un ancien camarade qui lui propose d'intégrer Le Jeu. Le principe : Les Voix – de riches commanditaires anonymes, voyeurs et en mal de sensations fortes -, organisent des rencontres entre leurs poulains dont l'issue ne peut être que sanglante. On replonge carrément dans les jeux du cirque avec des gladiateurs se battant pour leur survie en tuant (ou blessant, selon les humeurs des Voix) leurs adversaires. L'appât du gain, gros et facile, et la confiance en ses qualités assassines poussent Harry à accepter ses premiers contrats. Il met alors malgré lui le doigt dans un engrenage sanglant dont on ne peut échapper que d'une seule manière...
Le traitement est sans détours, les dialogues font mouche et les magnifiques illustrations sont conçues avec précision. Pour tout dire, on a souvent l'impression de regarder un story-board de cinéma. Le découpage est net et rapide. Arthur Ranson l'a d'ailleurs pensé de telle sorte qu'une planche (ou quelques vignettes) puisse être publiée seule tout en gardant un sens, une unité d'action. Des éléments du "Film Noir" parsèment ce jeu mortel et ajoutent encore à la dimension cinématographique : les pavés des ruelles londoniennes battus par la pluie, la campagne anglaise enneigée, l'atmosphère glaciale, la violence sans fard... Il ne manque plus que la femme fatale...

Citation

On peut pas arrêter. Pas dans ce jeu.

Rédacteur: La Rédaction lundi 13 juin 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page