Les Rapaces

Nous ne sommes plus là pour les faits divers, Gerry, nous sommes inspecteurs maintenant, on a un terroriste entre les mains !
Greg Shaw - Travelling Square District
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 24 mai

Contenu

Roman - Policier

Les Rapaces

Hard boiled - Drogue - Gang MAJ lundi 13 juin 2016

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Thierry Brun
Paris : Le Passage, mars 2016
238 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-84742-332-7
Coll. "Polars"

Blaque connection

Artus Graham, Le Genevois, a fait le vide jusqu'à régner sans partage sur le marché de la drogue importée d'Amérique du Sud, bien assisté par son réseau surnommé La Clica. Alexandra Blaque a bien servi le gang, acheminant la drogue de la France au Canada jusqu'à ce qu'elle se fasse serrer… Aujourd'hui, les autorités canadiennes ont décidé de l'extrader vers la France. Un itinéraire qui intrigue la journaliste Vera Laudey, en mal de scoop... Cependant, Alexandra Blaque n'a plus qu'une seule idée en tête : se ranger des voitures et rejoindre Nicolas Armassant, celui qu'elle aime, même si pour cela, elle doit donner Graham. Dans le même temps, les brigades anticriminalité sont lancées aux trousses du caïd qui voudrait livrer Armassant à des concurrents afin de les calmer. Ce même Armassant qui reste introuvable...
Thierry Brun est entré dans le monde du polar avec Surhumain, juste au moment où le genre dur à cuire relevait la tête. Ce qui se cache sous cette très belle couverture est l'un de ces romans noirs sévèrement burnés comme en usinaient des Peter Randa ou Serge Jacquemard dans les années 1970. On y retrouve les personnages emblématiques de la pyramide du crime organisé - des caïds à la piétaille -, dans un texte qui fonce à cent à l'heure sans pour autant bâcler son style ni étirer le propos, et avec un souffle évident. Malgré tout, on y retrouve le seul défaut de l'auteur, atténué depuis Surhumain, qui est un léger flou artistique sur la narration parfois elliptique sur la façon dont on arrive du point A au point B. N'empêche, si on aime ce retour au noir de base, âpre et teigneux, comme l'illustre si bien une bonne partie de l'écurie Jigal, on peut y aller en confiance. Qui plus est, comme toute la production du Passage, le livre lui-même est un bel objet classieux, d'une qualité de fabrication évidente, qu'on a plaisir à mettre sur son étagère, voire à offrir. Ce qui mérite d'être souligné !

Citation

Depuis qu'elle avait mis le pied sur le sol péruvien, elle ne pouvait se débarrasser de ce sentiment de mort imminente. La vie paraissait fragile. Le destin de ces hommes et ses femmes appartenaient à d'autres, aux chefs, aux patrons.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 13 juin 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page