Salamandre

L'extrémité perça la peau, découpa le cartilage. Une goutte de sang lui glissa dans l'oreille, pénétrant dans le conduit avec une lenteur insoutenable. il sentit naître un spasme.
Karin Slaughter - Au fond des bois
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 25 août

Contenu

Roman - Policier

Salamandre

Ethnologique - Médical MAJ mardi 28 juin 2016

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 12,9 €

Daniel Hernandez
Gudensberg-Gleichen : Wartberg, avril 2016
262 p. ; 20 x 12 cm
ISBN 978-3-8313-2939-7
Coll. "Zones noires"

Le Pérou c'est pas l'Pérou

Axel Trapero est en mission au Pérou pour Nutrisco et Extinguo, une multinationale qui s'intéresse aux amphibiens. Il a déniché une salamandre mutante, l'Incaglossa, capable de régénérer ses cellules. Particularité qui vaut au vertébré un grand intérêt, notamment de la part de puissants groupes pharmaceutiques. L'Italien avec qui Axel fait équipe est retrouvé mort dans sa chambre d'hôtel : assassiné. C'est le quatrième membre de la société à passer l'arme à gauche dans des conditions pas franchement naturelles. Susana, qui devait faire équipe avec eux, disparaît mystérieusement. L'enquête policière est bâclée. Crime crapuleux sur un touriste conclue le commissaire. Axel se sent en danger. Il doit quitter Iquitos au plus vite et parvenir à faire sortir la salamandre du pays.
Les deux héros créés par Daniel Hernandez sont de retour. Le commissaire Jepe Llense et l'ancien inspecteur José Trapero. Cette fois, ce dernier vient donc en aide à son neveu Axel. Pour moi qui découvrais les deux enquêteurs, je dois dire que j'ai été plutôt emballé et séduit par le personnage du neveu que j'ai vraiment eu plaisir à suivre. Aventurier, passionné, intrépide, Axel, inspiré à l'auteur par son propre parent du même prénom, est une sorte de Tintin trentenaire beaucoup plus sexué (c'est pas difficile) mais moins bagarreur que son prédécesseur. Le Catalan Jepe Llense n'a rien d'un Dupond/t. Il est massif, fonceur, sûr de lui, courageux, accroc à son job et débrouillard. José Trapero est plus mystérieux (dans ce volet en tout cas). Il a le sens de la famille et il apprécie d'enquêter en toute liberté. Son boulot de flic hiérarchisé devait lui peser. Bien évidemment, étant donné la tournure du récit, j'ai été assez surpris que les héros récurrents soient quasiment (j'exagère un peu) des seconds couteaux. Je le répète, étant moi-même novice de l'univers de Hernandez, j'ai fouiné sur Internet afin de savoir si c'était une habitude ou une exception. A priori, il semblerait que se soit une exception. Cela dit, si vous êtes des amateurs de Llense et Trapero, nul doute que vous apprécirez quand même ce nouvel épisode. En ce qui concerne l'histoire en elle-même, elle est plutôt plaisante, bien construite, dépaysante et maîtrisée. Rien de révolutionnaire mais beaucoup de charme et de l'efficacité. Daniel Hernandez connaît son sujet et on sent qu'il s'est formidablement bien documenté sur les enjeux qu'il nous présente. Il est précis et c'est très agréable. Pour moi, la principale qualité de ce roman c'est avant tout le sentiment de plaisir qu'il s'en dégage. L'auteur a pris plaisir à l'écrire, à nous entraîner dans son intrigue, à nous emmener au Pérou, à nous présenter une partie de sa région (Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées) qui lui est chère. Autre particularité bien appréciable, les précisions simples mais enrichissantes sur l'Histoire, l'architecture, la culture, les traditions, que se soit pour le versant sud-américain ou pour le versant du Sud-Ouest. Avec Salamandre vous ne prendrez pas la claque de l'année, mais vous ne perdrez pas votre temps non plus. Au moment où se présentent les vacances, c'est une assurance sur le voyage, et deux destinations qui s'offrent à vous.

Citation

Les deux voitures ne sont plus qu'à une cinquantaine de mètres. Axel avance sa main vers la poignée de sa portière et, de son doigt, appuie sur le poussoir d'ouverture à se casser le pouce. Verrouillée ! Plus que quelques secondes avant le choc ! Désaxé, le 4 x 4 fonce droit sur la R12.
Je suis à la place du mort !

Rédacteur: François Legay mardi 28 juin 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page