Macha ou l'évasion

Pour la justice du roi, l'exécution capitale visait à convaincre la foule de la présence, de la puissance et de la légitimité de son pouvoir. L'exemplarité cherchait bien sûr à prescrire l'obéissance par la peur des supplices, mais la peine capitale devait surtout se motiver elle-même : ce fut là toute l'importance du rituel...
Pascal Bastien - Une histoire de la peine de mort
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 21 novembre

Contenu

Roman - Noir

Macha ou l'évasion

Anticipation - Social - Terrorisme - Révolution MAJ lundi 17 octobre 2016

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

À partir de 12 ans

Prix: 16,95 €

Jérôme Leroy
Paris : Syros, août 2016
332 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-7485-2190-0
Coll. "Hors série"

Ourobos, serpent du Temps

D'avant la Fin, il ne reste plus beaucoup de survivants. Nous sommes en 2100 et Macha est une femme qui aime son chat, son arbre, sa vie tranquille. Elle est espiègle et curieuse de tout, et a un caractère rêveur – oh, et Macha a cent sept ans ! Mais Macha est avant tout une survivante - elle a vécu à une époque où les hommes s'obstinaient à détruire à la fois leur environnement et leurs semblables avec une égale indifférence, décidés à ne pas se considérer comme responsables d'un incommensurable gâchis - une époque marquée par la pollution, la corruption politique, les attentats, la peur, le racisme et la méfiance. Macha est aussi un témoin : elle a vécu ces années incroyables durant lesquelles les hommes ont accepté de bon cœur de voir leurs libertés restreintes au profit de la surveillance à outrance. Et si Macha préférerait ne plus penser à ce qui fut pour se concentrer sur ce qui est et sera, elle se sait malgré tout investie d'un devoir : celui de transmettre son histoire. Elle le sait : c'est lorsqu'on les oublie que l'on reproduit les erreurs du passé. Et ça, Macha ne peut le laisser faire. Devant des dizaines de jeunes gens éberlués, enfants de la Douceur (cette époque plus vraie et plus responsable bâtie sur les cendres de l'ancien monde), elle retisse les fils du passé pour leur expliquer l'enchainement d'actions qui conduisit à la fin de tout.
Au fil des pages des mémoires qu'elle entreprend de rédiger, Macha raconte son enfance : petite fille modeste, très proche de sa mère, elle est contrainte du jour au lendemain de fréquenter une école prestigieuse, hantée par les enfants des familles bourgeoises de N. - des individus prétentieux, artificiels et profondément racistes, effrayés par la différence et les changements. Macha refuse ce système, se révolte, marque son hostilité à cette idéologie xénophobe, réactionnaire et violente. Le jour où son premier amour, le premier jeune homme qui fait battre son cœur et frémir son corps, est victime de ce système, elle décide (enfin) d'agir. Elle prend alors la fuite, abandonnant derrière elle ce qui faisait sa vie sans regret. Puisqu'elle a entendu que les ZAD attirent ceux qui ne cautionnent pas le système, qui n'acceptent pas l'oppression, ni les abus de pouvoir, elle sait que c'est là qu'elle doit se rendre pour être utile. Les risques sont immenses – les descentes de police sont meurtrières, les conditions de vie spartiates... –, mais elle n'a plus peur, y compris des redoutables mercenaires que son beau-père a envoyé sur ses traces. Elle court vers un futur plus enviable, après un idéal communément partagé. Et nous nous prenons au jeu de cette course vers un ailleurs différent, accompagnant Macha de tous nos espoirs.
Jérôme Leroy signe un texte hybride, à la fois roman noir et d'anticipation, empreint de sensibilité et de poésie, plein de douceur mais recelant une rare violence. Toute en contraste, la lecture est fascinante et nous sensibilise à des préoccupations fondamentales et d'actualité, et face auxquels il est nécessaire de se positionner : écologie, politique, transmission de la mémoire, crise économique et systémique... L'histoire de Macha est pleine d'espoir et d'enseignements, et l'un d'entre eux se dégage particulièrement : lorsque l'on est jeune, il est important de savoir pour quoi on est prêt à se battre, et important si nécessaire de prendre en fonction de cela les armes lorsque les événements l'exigent... quelles que soient les armes dont chacun dispose.

Citation

Je vous aurai appris autant de choses sur ce que j'ai vécu que j'en ai apprises sur moi car se raconter, c'est toujours prendre des risques. On retrouve des heures lumineuses mais aussi des démons oubliés. On comprend enfin qui on était, ou en tout cas on s'en rapproche.

Rédacteur: Catherine Thiéry lundi 10 octobre 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page