La Piste du temps

Samuel Laveran sort du Cube. Son visage porte encore les stigmates du masque FFP2 et des lunettes de protection qu'il a portés pendant deux heures d'affilée.
Patrick Guillain - Le Semeur de mort
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 29 novembre

Contenu

Roman - Policier

La Piste du temps

Politique - Tueur à gages - Corruption - Procédure - Finance MAJ mercredi 16 novembre 2016

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 9 €

Éric Halphen
Paris : Rivages, avril 2014
496 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-2707-2
Coll. "Noir", 957

Actualités

  • 25/04 Édition: Parutions de la semaine - 25 avril
  • 21/05 Édition: Parutions de la semaine - 21 mai
    Contrairement à la semaine dernière, cette semaine est très riche en parutions. Un des événements marquants est la sortie du dernier Michael Connelly, L'Épouvantail, au Seuil. Mais pas que. À k-libre, nous avons aimé Le Vent t'emportera, de Jean-Marc Souvira (Fleuve noir), dont les propos seront très prochainement relayés en ce site ainsi que Salt River, de James Sallis (Gallimard, "Série noire"), qui fait suite à Cripple Creek, qui ressort étrangement en version poche ! Robert Laffont, décédé cette semaine, n'aura pas eu le temps d'apprécier l'intégrale que "Bouquins", par l'entremise de François Rivière, consacre à San-Antonio. Nous espérons vous en parler très vite (surtout Maxime Gillio, san-antonien compulsif). Le reste - et même en gros caractères - est à découvrir là :

    Grand format
    Cercueil et Cie, de Margery Allingham (Baker street)
    Massacre pour une bagatelle, d'Émile Brami (L'Éditeur)
    Le Fils des brûlés, de Laurent Brard (Plon, "Nuit blanche")
    La Faute à pas de chance, de Lee Child (Le Seuil, "Thrillers")
    Hercule Poirot. 2, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie  l'intégrale")
    L'Ombre de ton sourire, de Mary Higgins Clark (Albin Michel, "Spécial suspense")
    L'Épouvantail, de Michael Connelly (Le Seuil, "Policiers")
    Le Navigateur  un roman tiré des dossiers de la NUMA, de Clive Cussler (Grasset)
    Speculator, de Gérard Delteil (L'Archipel)
    La Spirale des abysses, d'Olivier Descosse (Flammarion, "Thriller")
    Sur le fil, d'Eldon D. James (Zanzibar)
    Fesses triviales de Cannes, de Jean-Richard Fernand (Autres temps, "Temps romanesque")
    Plus fort que le doute, de Nicci French (Fleuve noir, "Thriller")
    Le Code de Cambridge, de Tony Gheeraert (Le Pommier, "Romans & plus")
    Meurtre au sommet, de José Giovanni (Hoëbeke, "Retour à la montagne")
    Le Banquet des silphes, de Arnaud Gobin (Après la lune, "Lune blafarde")
    Les Jarres chinoises, de William C. Gordon (Buchet Chastel)
    La Piste du temps d'Éric Halphen (Rivages, "Thriller")
    Les Beauc jours du Dr Nicolas, de Michel Jeury (Robert Laffont)
    Les Romans meurtriers, de Tak-hwan Kim (Philippe Picquier)
    Homicide par précaution, d'Olivier Kourilsky (Glyphe)
    Les Murmures du tombeau, de Patrick-Jérôme Lambert (First, "Thriller")
    Un peu plus loin vers les ténèbres, d'Adrian Lesniak (Denoël)
    Le Dernier souffle, de Denise Mina (Le Masque)
    Là-haut le Paradis, de Bernard Nuss (Le Verget)
    Le Seigneur de la mort, d'Eliot Pattison (Robert Laffont, "Best-sellers")
    La Fille de Neptune, de Randall Peffer (Moisson rouge)
    L'Énigme Denervaud, de Bernard Peitrequin (Aire)
    Les Courants fourbes du lac Tai, de Xiaolong Qiu (Liana Levi)
    Fin de série, de Christian Rauth (Michel Lafon)
    La Peur elle-même, de Laura Sadowski (Odile Jacob, "Thriller")
    Salt River, deJames Sallis (Gallimard, "Série noire")
    San-Antonio. 1, de San-Antonio (Robert Laffont, "Bouquins")
    San-Antonio. 2, de San-Antonio (Robert Laffont, "Bouquins")
    La Vieille qui marchait dans la mer, de San-Antonio (Fleuve noir)
    Le Vent t'emportera, de Jean-Marc Souvira (Fleuve noir)
    La Cro du diable, de Serge Vacher (Après la lune, "Lunes blafardes")
    Empereurs des ténèbres, d'Ignacio del Valle (Phébus)

    Poche
    Les Aventures de Guilhem d'Ussel, chevalier troubadour. 1, Marseille, 1198, de Jean d'Aillon (J'ai lu, "Littérature générale")
    Les Aventures de Guilhem d'Ussel, chevalier troubadour. 2, Paris, 1199, de Jean d'Aillon (J'ai lu, "Littérature générale")
    Froid comme le sang, de Alex Barclay (J'ai lu, "Thriller")
    Heureux au jeu, de Lawrence Block (Points, "Policiers")
    Carnages, de Maxime Chattam (Pocket, "Thriller")
    La Théorie Gaïa, de Maxime Chattam (Pocket, "Thriller")
    Pas de veine, de Carol Higgins Clark (LGF, "Thrillers")
    La Proie, de Martina Cole (LGF, "Policier")
    Le Verdict du plomb, de Michael Connelly (Points, "Policiers")
    État critique, de Robin Cook (LGF, "Thrillers")
    La Foire aux serpents, de Harry Crews (Folio, "Policier")
    La Malédiction du géant, de Harry Crews (Folio, "Policier")
    Onde de choc, de Clive Cussler (LGF, "Thrillers")
    Éthique en toc, de Didier Daeninckx (Folio, "Policier")
    Jusqu'au dernier, de Nicci French (Pocket, "Thriller")
    Le Labyrinthe de la rose, de Titania Hardie (LGF, "Thrillers")
    L'Espion qui venait du froid, de John Le Carré (Folio, "Policier")
    La Promesse de l'ange, de Frédéric Lenoir & Violette Cabesos (LGF, "Thrillers")
    Le Pacte Holcroft, de Robert Ludlum (LGF, "Thrillers")
    Jaune Caravage, de Gilda Piersanti (Pocket, "Thriller")
    Stand by, stand by, de Chris Ryan (Pocket, "Thriller")
    Des gens bien, de Marcus Sakey (Pocket, "Thriller")
    Cripple Creek, de James Sallis (Folio, "Policier")
    Maigret se fâche, de Georges Simenon (LGF, "Policier")
    Corbeau à Hollywood, de Joseph Wambaugh (Points, "Policiers")

    Grands caractères
    Chaos sur Bruges, de Pieter Aspe (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    Peur noire, d'Harlan Coben (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    Au pays des ombres, de Gilbert Gallerne (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    La Croix des outrages, de Hélène Legrais (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    Liens : Heureux au jeu |Le Verdict du plomb |Jaune Caravage |Des gens bien |Jean d'Aillon |Pieter Aspe |Lawrence Block |Maxime Chattam |Agatha Christie |Michael Connelly |Harry Crews |Clive Cussler |Didier Daeninckx |Gérard Delteil |Olivier Descosse |D. James Eldon |Nicci French |Tony Gheeraert |Éric Halphen |Olivier Kourilsky |Gilda Piersanti |Frédéric Dard |Georges Simenon |Jean-Marc Souvira |Serge Vacher |François Rivière

Briser la solitude

Avec son duo atypique (l'adjectif n'est absolument pas galvaudé) composé du juge Jonas Barth et du commandant Bizek, Éric Halphen nous emmène dans une France politico-financière qui ne sent pas très bon. Ce n'est pas nouveau, ce n'est pas étonnant, mais l'auteur connait très bien (et pour cause !) les rouages de la machine judiciaire. Et surtout, il met en avant le leurre de la séparation des pouvoirs. Le tout dans une intrigue où se mêlent considérations sentimentales et actions policières, mais où surtout pointe à la surface l'envie profonde de tous ses personnages de briser leur solitude. Là aussi, ce n'est pas nouveau. Le roman policier contemporain nous a habitué à ces flics esseulés, au ménage brisé, qui boivent et reboivent pour mieux échapper à l'horreur de la réalité tout en commettant infidélité sur infidélité, le tout assorti de vannes vaseuses et machistes. Mais bien souvent, le roman français n'observe qu'un côté de la Loi au détriment des autres. Rares sont en effet les romans français mettant en avant l'aspect judiciaire ou pénal. Ici, ce n'est heureusement pas le cas, et c'est fait avec un certain talent.
L'art d'écrire un roman, manifestement Éric Halphen l'a. Son intrigue est classique quoique touffue, sans temps morts, avec très peu de rebondissements, une routine dans l'exercice qui pourtant tient en haleine. Au départ, il y a le meurtre d'un homme, Marc Chaussoy, ancien sportif de (assez) haut niveau, qui a fait fortune de manière plus ou moins licite, plutôt moins que plus. On découvre une femme abandonnée, une maîtresse en détresse, un appartement parisien très vaste, un bureau fermé à clé, des locaux de travail, des paperasses dérangeantes et d'étranges correspondants anonymes aux motivations obscures. On dénote cependant l'absence d'une montre. Et c'est de cette absence que tout va découler, et que la fine équipe va se mettre à la poursuite du Doigt, un tueur à gages qui collectionne les montres... de collection. L'enquête classique mène, c'est selon, certains enquêteurs du côté de Bordeaux, d'autres en Provence et d'autres enfin à Genève (avec un portrait acide de la coopération judiciaire). Et puis au milieu, il y a ces personnages qui tous font des rencontres étonnantes, de celles que l'on voit surtout dans les romans, et qui sont autant de petites éclaircies dans une intrigue sombre.
L'air de rien, Éric Halphen réussit à mettre en place des éléments judiciaires, pénaux, policiers, journalistes, politiques et financiers. Et il traite de sujets sociétaux - l'inceste, l'homosexualité, la mono-parentalité, le Sida... Du coup, ces cinq cents pages (qui trainent cependant un peu en longueur au moment de conclure l'intrigue) sont alertes, parfois lyriques, parfois puissantes, souvent épiques et justes. On a pris plaisir à évoluer avec ces personnages tout en sachant que la fin serait au mieux douce-amer. On n'est pas déçu. Pire : on a envie de revoir Éric Halphen, le juge anti-criminalité, reprendre sa plume abandonnée il y a plus de cinq ans. À la vue de l'actualité, les sujets ne manquent pas. Et parce qu'il a trouvé un joli personnage de juge en la personne de Jonas Barth, on a envie de le recroiser ce Jonas dont le prénom résonne bibliquement - le juge ET Jonas ont pour point commun le repentir, le pardon et la justice !

Nominations :
Grand prix de la littérature policière - roman français 2010

Citation

Un parti politique, se dit-il, c'est comme une association de malfaiteurs : on tait les dissensions et on met les moyens en commun pour concevoir le plan, parachever les préparatifs et passer à l'action, mais même si on réussit le casse du siècle on sait pertinemment que les ennuis naîtrons après, quand sera venu le moment de partager le butin.

Rédacteur: Julien Védrenne mercredi 16 novembre 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page