Le Mensonge sacré

Elle me parlait de Derrida et d'Althusser. En contrepartie, je lui citais des paragraphes entiers de Paulo Coelho. Nos échanges étaient d'une richesse et d'une intensité rares. (Raphaël Cardetti, Ma plus belle histoire d'amour)
Collectif - L'Empreinte sanglante...
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 23 mai

Contenu

Roman - Thriller

Le Mensonge sacré

Historique - Énigme - Religieux MAJ lundi 19 décembre 2016

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 24 €

Luis Miguel Rocha
A Mentira Sagrada - 2011
Traduit du portugais par Vincent Gorce
La Tour-d'Aigue : L'Aube, juin 2016
544 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-8159-1234-1
Coll. "Noire"

Sacré mensonge

Le 19 avril 2005, Joseph Ratzinger accepte la place que Dieu lui a choisie et prend le nom de Benoit XVI. À l'issue de cette journée, un vieux prêtre lui apporte des documents dont il doit prendre connaissance le soir même. Leur lecture l'épouvante. À Londres, Ben Isaac se rend dans son bunker secret pour contempler les trésors qu'il a ramenés il y a longtemps. Jacopo s'impose dans le cours de philosophie que donne Rafael à l'université pontificale grégorienne, égrenant au passage quelques contre-vérités bibliques. Ils doivent se rendre sans délai près de Paris où un archéologue a été assassiné. Hans Schmidt, un prêtre autrichien, doit comparaître devant la Congrégation pour la doctrine de la foi à cause de ses écrits qui contiennent des affirmations erronées, dangereuses et potentiellement subversives. Arrivé à Rome, il rend visite à son vieil ami Tarcisio Bertone, le secrétaire d'État du Vatican. Celui-ci, lui révèle que le statu quo a été rompu, que deux personnes ont été tuées, une autre a disparu, et la famille Ben Isaac est introuvable. Sarah Monteiro, après une conférence à Rome, est prise de nausées, les mêmes symptômes déjà ressentis à Londres. Elle laisse Francisco, son nouvel amant, seul à l'hôtel et suit le jeune prêtre venu la chercher pour rencontrer le cardinal William Levada, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Celui-ci la met en contact avec Ben Isaac, qui a quitté la croisière qu'il faisait, à la demande expresse de son épouse, pour retourner à Londres, suivant en cela les instructions des ravisseurs de son fils. À Paris, Rafael et Jacopo sont contraint à collaborer avec la police. Pour recueillir des informations sur le défunt archéologue, ils prennent contact avec un jésuite. D'abord très réticent, celui-ci se décide à livrer quelques informations quand un autre prêtre l'abat avant de retourner l'arme contre lui. Les morts se multiplient. Le nœud de l'affaire tient-il dans ce qu'Isaac a découvert à Qumrân et dont il garde jalousement le secret depuis cinquante ans ? Ces textes seraient-ils aussi explosifs pour l'Église ?

Ce troisième volet de "Complots au Vatican" permet de retrouver, avec grand plaisir, les deux principaux protagonistes de la série, à savoir Sarah Montiero, responsable de la politique internationale au Times et Rafael Santini, un agent secret du Vatican. Après avoir axé les intrigues précédentes sur Jean-Paul I et sur Jean-Paul II, Luis Miguel Rocha s'appuie sur le pontificat de Benoît XVI. L'auteur développe un récit remettant en cause les fondements mêmes de l'Église catholique, apostolique et romaine que sont la Passion et la Crucifixion du Christ. Il met en scène les principales personnalités du Vatican, depuis le secrétaire d'État, les membres de la Congrégation pour la propagation de la foi, le nom diplomatique du Saint-Office, héritière de l'Inquisition. Mais, l'auteur, à aucun moment, ne se laisse aller à une dichotomie ni un manichéisme entre les bons chrétiens et les mauvais païens, ou l'inverse.
Avec sa galerie de personnages, il fait exprimer tous les points de vue, que ceux-ci viennent de croyants sincères, de non-croyants tout aussi sincères ou de ceux qui font semblant de croire. Il expose les idées, les opinions et laisse à chacun la liberté de se forger un avis, d'adhérer à l'une ou l'autre des affirmations. Mais, il fait montre des opinions des chefs de l'Église qui, campés sur des dogmes séculaires, font tout ce qui est en leur pouvoir pour conserver la situation actuelle même s'ils savent parfaitement que les bases sont erronées et falsifiées.
Le Mensonge sacré, comme les autres volets de la série, d'ailleurs, est construit avec une documentation solide et l'auteur fait preuve d'une érudition certaine sur nombre de questions relatives à l'histoire de la religion romaine. Il expose l'origine des jésuites, cet ordre religieux fondé par Ignace de Loyola, un ordre dont l'histoire est particulièrement riche et intense. Son influence est indéniable et le pouvoir du supérieur général, appelé aussi le pape noir, surpasse selon certains celui du pape lui-même. Il explicite le fonctionnement du Vatican, en expose les différentes composantes et les divers courants qui ne coulent pas tous dans le même sens.
Il manie aussi le double sens avec brio tant dans le titre que dans les textes. Par exemple, il fait entendre à Francesco la sentence le concernant : "Il n'y a aucune raison d'avoir peur. Votre rôle dans cette histoire n'est même pas celui d'un personnage secondaire ; à peine celui d'un figurant qui va bientôt être congédié." Il n'hésite pas à pratiquer l'autodérision quand il glisse en fin de paragraphe, alors qu'il décrit les passagers de l'Eurostar dans lequel voyagent Rafael et Jacopo : "une vieille femme au regard vif... plongé dans le best-seller du moment, un roman qui parle de complots au Vatican... et même d'un mensonge sacré."
Mais, toutes ces informations, ces apports ne ralentissent pas le tempo de l'action, une action débridée où chaque chapitre, relativement court, se conclue par un rebondissement surprenant. Il offre ainsi un récit vif, enlevé, au rythme tonique, nerveux, avec des dialogues pétillants et, si les situations s'y prêtent, pleins d'humour.
Le Mensonge sacré est l'un des cinq romans à lire absolument cette année pour la richesse de l'action et de son contenu informatif.

Citation

Certains ont été jusqu'à affirmer qu'il avait plus de pouvoir que le pape lui-même, et que celui qui loge au Vatican, dans le palais apostolique, a intérêt à prêter allégeance au maître de la Curie généralice, située via dei Penitenzieri, quelques pâtés de maisons plus loin, s'il veut pouvoir jouir d'un pontificat calme et sans histoires.

Rédacteur: Serge Perraud samedi 10 décembre 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page