Le Garçon

Disparaitre : s'en aller sans avertir ni donner d'explication, devenir invisible, cesser d'exister.
Lisa Unger - Et surtout ne te retourne pas...
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 17 décembre

Contenu

Roman - Guerre

Le Garçon

Historique - Social - Musique - Artistique MAJ mercredi 01 février 2017

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23,5 €

Marcus Malte
Paris : Zulma, août 2016
544 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-84304-760-2

Les trente peu glorieuses

Le garçon est un enfant sauvage à l'innocence qui va être corrompue tout au long des trente années qu'il va passer à côtoyer la société. C'est aussi un taiseux au sens premier du terme car si l'on ne sait exactement s'il est muet, il ne dégoisera pas un seul mot pendant les cinq cent cinquante pages de ce roman éblouissant de Marcus Malte. Tout débute aux abords d'un étang de la France rurale de 1908 avec la mère mourante qu'il porte sur son dos. Tout finira sur la cordillère des Andes en 1938 avec le paysage comme ultime rempart. Entre les deux, ces trente peu glorieuses, plusieurs étapes initiatiques et autant de romans dans le roman et de styles dans le style. Lui, l'enfant des bois sera traité de romanichel quand il en sortira. On l'accueillera avec curiosité et méfiance, on le fera fuir car jugé responsable des maux du pays. Mais le garçon va avoir de courts moments de répit, d'abord à croiser la route de Brabek, l'ogre des Carpathe, lutteur névrosé qui va lui narrer bien des histoires et lui raconter l'océan Atlantique, les Amériques. Et lui apprendre l'hygiène, l'amour du hongre et un premier métier. Ce sera ensuite Emma, qui aura manqué le tuer au détour d'un virage au volant de l'une des premières automobiles. Emma qui va se dévouer à soigner cet adolescent meurtri et curieux. Emma qui va s'énamourer de lui, et parfaire toutes ses éducations sous le regard aveugle de son père. L'occasion pour Marcus Malte de nous faire traverser des pages torrides, culturelles et cultuelles avant de sombrer dans la noirceur de la guerre, la Grande, celle qui fauche sans discernement. Le début de la chute du garçon. Si Emma lui avait donné un prénom, Félix, la guerre lui offrira un nom, Mazeppa. Après de nombreuses errances dans les landes désolées, criblé de quatre balles, le garçon sera rendu à son amoureuse et à la réalité crue du retour à la vie civile avec les blessures de l'âme non sans avoir croisé le cadavre de son hongre sur un champ de bataille, ce qui lui arrachera un unique cri. Il n'aura pas le temps de se reconstruire. Après la mort d'un père adoptif, il perdra Emma d'une grippe espagnole, et partira sur les routes d'une France qui n'a déjà que faire de ses gueules cassées pour s'intéresser aux âmes fracassées. Tour à tour roman d'aventure, sentimental, de guerre, épistolaire, carcéral, ethnologique, parfois un peu tout ça à la fois, Le Garçon est une histoire universelle et humaniste à la musicalité incessante avec une jolie érudition disséminée avec virtuosité. Un roman gouffre ambitieux dans lequel on plonge hypnotiquement. Abyssal !

Citation

Et Stein. Le sérieux, le soucieux, le minutieux Stein. Des cheveux gris à vingt-six ans. Un type à recompter trois fois ses minutions avant de s'endormir. Dix fois avant l'assaut. Horloger de profession. Pour lui la grande aiguille restera éternellement bloquée sous le ciel plombé de Sainte-Marie-aux-Mines.

Rédacteur: Julien Védrenne mardi 31 janvier 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page