Le Printemps des corbeaux

Après le perte de son innocence, la patience est la première vertu qu'on acquiert en PJ. L'attente interminable avant qu'une porte ne s'ouvre ou qu'une voiture démarre enfin. Au fil des années, les heures de planque finissent par rythmer le quotidien, mais c'est l'espoir d'une interpellation et la dose d'adrénaline qui va avec nourrit la persévérance.
Christophe Molmy - Les Loups blessés
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sang chaud
Voilà un étonnant roman de gangsters à la sauce coréenne. L'action se déroule à Guam, un quartier por...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 19 janvier

Contenu

Roman - Noir

Le Printemps des corbeaux

Politique - Chantage MAJ vendredi 10 mars 2017

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18,5 €

Maurice Gouiran
Paris : Jigal, septembre 2016
248 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 979-10-92016-86-4
Coll. "Polar"

Rastignac moderne

Il y a parfois dans l'Histoire des ironies qui n'apparaissent qu'après coup. Ainsi, en 1981, si François Mitterrand remporte l'élection présidentielle, c'est aussi grâce aux affaires qui ont gangrené le septennat précédent. Parmi ces affaires, celles de Maurice Papon, ministre de l'époque, dont le rôle durant la Seconde Guerre mondiale a été bien plus qu'ambigu. Ce n'est que plus tard que l'on s'apercevra que la carrière du Président ne fut exempte elle non plus de certaines taches. En même temps, l'on prêtait aux adjoints du président Valéry Giscard d'Estaing des accointances avec les milieux du banditisme (affaire Boulin, SAC, etc.) alors que la ville de Marseille, à l'écart des regards aiguisés des journalistes produisait un système de liaisons entre les hommes politiques et les gangsters assez bien rôdé. Toujours est-il que c'est là l'occasion pour Maurice Gouiran, qui aime rappeller quelques vérités historiques à travers une histoire maîtrisée, de nous aider à nous souvenir d'une période ancienne finalement proche de nous.
Nous sommes à Marseille, en 1981, à quelques jours des élections présidentielles. Louka est un jeune étudiant ambitieux qui a compris que le pouvoir et la richesse passaient plus facilement par les petites escroqueries, les accrocs avec la légalité, et les jeunes filles de bonne famille, que par le travail et la réussite scolaire. Intéressé par l'informatique balbutiante, cela lui a permis de mettre au point une petite combine pour escroquer les banques. Mais il a joué l'argent gagné avec des gangsters, et a des dettes de jeu... En plus, sa petite amie est de la haute et il doit assurer. Aussi, lorsqu'il apprend une histoire concernant Maurice Papon, il décide de voir s'il ne pourrait pas fouiller les archives marseillaises et en tirer quelques sources de chantage. En même temps, il est invité dans la famille de sa petite amie et découvre les hauts quartiers phocéens - la riche bourgeoisie industrielle ou d'affaires et le tonton de sa belle, député local, haute figure de la résistance, et au service d'ordre efficace et mafieux.
Ce parcours initiatique du jeune homme, être cynique et parfaitement à l'aise dans les années 1980, colonne vertébrale de l'Histoire, est racontée avec vivacité par Maurice Gouiran. Les personnages secondaires s'animent en quelques traits intelligemment décrits (la grand-mère du narrateur, la voisine obsédées sexuelle, le directeur d'agence bancaire, les petits malfrats toujours prêts à doubler leurs complices, une bibliothécaire amoureuse...) et renforcent la musculature de l'intrigue. Resserrée autour de Louka, Le Printemps des corbeaux raconte de manière prenante un pan de l'histoire de France, à travers le parcours "exemplaire" d'un Rastignac marseillais, avec gouaille et humour.

Citation

La camarde n'était passée chez lui que quelques années plus tôt que prévu par les statistiques et les moyennes nationales. En fait je n'avais fait que lui entrouvrir la porte.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 10 mars 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page