Aux vents mauvais

Si elle avait eu une existence difficile, comme cela était probable, si elle avait connu le chagrin, ce qui était certainement le cas, elle avait traversé tout cela avec calme, détendue, presque sereine.
John Harvey - D'ombre et de lumière
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 24 mai

Contenu

Roman - Policier

Aux vents mauvais

Énigme - Assassinat MAJ lundi 13 mars 2017

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Éléna Piacentini
Paris : Au-delà du raisonnable, janvier 2017
280 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 978-2-919174-27-0

Imbroglio negro

Voilà un point de départ qui ressemble à une épure pour ce nouveau roman d'Éléna Piacentini aux éditions Au-delà du raisonnable : un policier, une morte étranglée, une enquête - a priori rien que du classique. Sauf qu'il ne faut pas s'attendre à ce que la romancière ou son éditrice fassent les choses comme tout le monde... Une fois de plus, on se retrouve dans cette zone grise entre ces littératures dites "blanches" ou "noires", qui ne sont antagonistes que pour les imbéciles, là où l'on repère les œuvres les plus intéressantes (souvent publiées par Au-delà du raisonnable ou d'autres éditeurs comme Asphalte, Kyklos, Wombat, etc. qui tentent de faire bouger les lignes). Dans le cas qui nous préoccupe, la solution se trouve dans le passé, celui de Jean-Toussaint, l'un de ces Réunionnais abreuvés de belles promesses qu'on envoya repeupler une France métropolitaine profonde menacée par l'exode rural. Il s'agit très certainement de l'un des plus beaux personnages de l'auteure qui évite tant le pathos que le cliché du "pauvre mais digne", et éclaire un épisode pas spécialement glorieux de l'histoire récente. Quant à la victime, la belle Marie-Ève, elle était trop libre pour certains... On voyage de l'île de la Réunion à Roubaix, et dans le temps car entre le point de départ et celui d'arrivée, il y a un écart de cinquante ans, ainsi qu'un couteau caché dans un arbre. On regrettera des suspects un peu faciles, un groupe de fafs minables comme il en existe tant dans l'indifférence générale, pour goûter de l'atmosphère bien à part que distille Éléna Piacentini avec un style qui, quoi qu'en disent les chroniqueurs mondains, ne doit rien à personne. Une réussite de plus pour une écrivain que l'on aimerait voir remporter le succès qu'elle mérite, voire en faire notre succès à nous lecteurs, loin des starlettes médiatiques...

Citation

Ce soir, il se sentait inutile et fatigué. Découragé d'intervenir en bout de course, longtemps après que les dés aient été jetés, retournés sur des combinaisons perdantes. Fins logiques, attendues, inexorables. Il arrivait après la bataille. Pour ceux qui y avaient laissé leur peau, la vérité ne changeait rien. D'ailleurs, rien ne changeait.

Rédacteur: Thomas Bauduret lundi 13 mars 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page