Une secte et quelques monstres

Un deuxième cadavre gît sous le premier, encore plus profondément enfoui. Celui d'un homme vêtu de noir de la semelle des chaussures à la pointe du bonnet - en passant par la figure, badigeonnée à la façon des GI au combat [...] Désormais, la curiosité l'emporte. Un cadavre mystérieux, à la rigueur, je veux bien... Mais deux, c'est carrément du délire !
Johan Heliot - Prédictions. 1. Enigma
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 25 mars

Contenu

Roman - Noir

Une secte et quelques monstres

MAJ vendredi 30 octobre 2009

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Didier Fohr
Noviant (illustrateur de couverture)
Malzéville : Territoires témoins, septembre 2009
184 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 978-2-918634-02-7
Coll. "Borderline"

Vivement la quille !

Mathieu est reporter dans un journal régional. Désemparé par le départ de sa copine, il se réfugie dans le travail et sa cohorte quotidienne de drames, petits ou grands. Jusqu'à l'arrivée d'une lettre anonyme dénonçant les agissements de Bernard Legris, ostéopathe très en vue dans le département. Les premiers éléments de l'enquêtent indiqueraient que Legris serait lié aux agissements d'une secte nationaliste et à une recrudescence d'agressions homophobes.
Premier roman assez classique, donc sans réelle surprise. L'intrigue est intéressante, et tire tous azimuts (politique, armée, sectes, dérives nationalistes, homophobie, viols, meurtres, etc.). Qui dit pistes nombreuses dit multiplicité des personnages. Et pour dire la vérité, cette abondance fait qu'on se perd parfois dans la masse. Autre regret, devoir peindre autant de caractères empêche la nuance. Les personnages auraient sans doute gagné en subtilité. C'est d'autant plus regrettable que certains d'entre eux sont bien trouvés et ont un réel potentiel : un flic qui cite John Irving, un clodo philosophe, un aumônier alcoolique… Noble ambition que de vouloir peindre ces petites gens, rendre hommage aux sans grades. Mais abondance de biens nuit.
L'écriture est sobre et efficace. Pas d'envolées ni de trouvailles, pas de sorties de route non plus. Neutre. La construction, elle, est parfois surprenante. Des chapitres courts, s'enchaînant de façon elliptique, et par instants, le romancier s'éloigne de l'intrigue et nous narre les drames anonymes auxquels son personnage-journaliste est confronté.
Une petite mention pour le dénouement, très cynique est assez surprenant dans la mesure où l'auteur avait balisé sa route comme pour nous conduire vers un happy end des plus convenus. Un bel effet de surprise, qui aurait gagné à être décliné dans l'ensemble du roman.

Citation

Les voilà, les photos ! Vous voyez qu'il n'y a pas de quoi fouetter un minet. Je suis juste en train de me faire sucer. Et alors ? Elle ne vous le fait pas, votre copine ?

Rédacteur: Maxime Gillio jeudi 29 octobre 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page